Cessons de protéger les agresseurs, montrons leurs vrais visages !

Publié le Mis à jour le

Stop à l’altérisation des agresseurs sexuels et à la culpabilisation des victimes !

NON, les agresseurs sexuels ne sont pas des loups et des bêtes féroces au fond d’un bois. Les agresseurs ce sont des hommes lambdas, des monsieurs tout le monde, des pères de famille, des cadres bien blancs et tout un tas d’hommes « biens sous tous rapports ». Les agressions et le harcèlement sexuel sont des violences systémiques. Si 87 % des usagères en France déclarent avoir été victimes de harcèlement sexuel, cela signifie qu’il y a autant d’hommes agresseurs et harceleurs.

Alors pourquoi désigne-t-on clairement les victimes sous un halo de lumière, dans la peur, accrochées à leur barre de métro comme s’il en allait de leur vie, tandis qu’on refuse de montrer les agresseurs par peur de les « stigmatiser » ?

Quand montrera-t-on les vrais visages des agresseurs ? Quand seront-ils ciblés et montrés du doigt, et non plus les victimes ? Quand arrêtera-t-on de nourrir cet imaginaire de l’agresseur sexuel assimilable à une bête sauvage aux pulsions animales incontrôlables et de déresponsabiliser de cette façon les agresseurs sexuels qui ne se sentent aucunement visés par ce genre de campagne ?

NON, ce n’est pas la victime qu’il faut responsabiliser en la sommant de « donner l’alerte ».

C’est aux pouvoirs publics de prendre leurs responsabilités, y compris aux agents de la RATP qu’il faut former afin d’accueillir, de croire et de mieux prendre en charge les victimes et leur parole, car ce sont souvent eux-mêmes qui ont des comportements méprisants, agressifs et sexistes envers les victimes – et les usagères en général ; ce sont les agresseurs qu’il faut éduquer ; la société qu’il faut changer.

Arrêtons de blâmer les victimes que rien n’invite à « donner l’alerte », arrêtons les injonctions culpabilisantes !

NON, contrairement à ce que cette campagne d’affichage a choisi de montrer, les victimes de harcèlement et d’agressions sexuelles ne sont pas toutes faites dans le même moule, ce ne sont pas uniquement des jeunes filles minces, jolies, qui avaient vraiment une “bonne raison” de vouloir passer dans la « jungle » que sont les transports en commun.

Arrêtons de modéliser les victimes qui sont, dans les faits, très diverses. L’écrasante majorité des femmes sont touchées par le harcèlement et les agressions sexuelles.

Arrêtons de justifier la présence des femmes dans les transports en commun en les représentant comme « de passage », en sous-entendant que cette fois-ci elles ne l’ont pas cherché car elles étaient obligées de passer par là. Le harcèlement sexuel n’est JAMAIS justifié par l’apparence, la position, le comportement de la victime. Ce n’est pas la victime qui invite l’agresseur à l’agresser ; c’est l’agresseur uniquement qui est responsable de ses actes ; c’est un comportement qui est accepté et encouragé socialement par la culture du viol et par la société.

Arrêtons de construire les femmes comme des proies en leur rappelant par ces affiches que les transports en commun sont un danger extrême pour elles et qu’elles n’y ont pas leur place.

Nous exigeons le retrait de ces affiches !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s