manifestation

[MANIFESTE] LesboTruck : lesbiennes visibles, lesbiennes invincibles

Publié le Mis à jour le

Le LesboTruck c’est quoi ? C’est le seul char lesbien de la Marche des Fiertés LGBT 2015 de Paris. Oui, le seul. Les « Gouine comme un camion » ayant décidé de prendre une pause bien méritée, nous avons failli cette année vivre une Marche des Fiertés LGBT sans char pour les lesbiennes. Parce qu’être visibles nous rend plus fortes, parce que nous devons occuper tous les espaces, nous n’avons pas voulu laisser cette place vide. Le LesboTruck sera donc un char d’assaut pour affirmer la visibilité lesbienne lors de la Marche des Fiertés, mais aussi un tremplin pour réclamer la PMA pour toutes les femmes et la réforme de la filiation, et pour lutter contre la lesbophobie.
Bannière
Porté par trois associations féministes (Cineffable, FièrEs et Fuk the Name) ainsi que des individuEs, le projet du LesboTruck est soutenu par des partenaires lesbiens et lesbian-friendly.

Fédérer les lesbiennes et les associations autour de ce projet commun et du slogan « Dykes are united » (« Gouines unies »), tel a été l’objectif du LesboTruck qui en deux mois a réussi à réunir l’argent et les forces nécessaires pour faire rouler, ce 27 juin 2015, un char lesbien derrière lequel toutes les lesbiennes seront invitées à se réunir !

Le collectif LesboTruck, c’est un char, mais pas seulement. C’est un message fort que les associations et les individuEs mobilisées ont voulu envoyer. Ce message, c’est que la visibilité est un enjeu politique en soi.

Tant que deux femmes n’oseront pas se tenir la main dans la rue, tant que 60% des lesbiennes déclareront avoir subi de la lesbophobie au cours des deux dernières années, tant que 74% d’entre elles n’oseront pas en parler à leur famille, et 82% n’oseront pas en parler à leurs collègues par peur du rejet*, nous aurons férocement besoin de sortir du placard, d’être visibles, nous militantes, nous devrons monter des chars, des collectifs, des soirées, promouvoir nos cultures lesbiennes, prendre l’espace, parler de nous et de nos vies, de nos enjeux. Nous devrons témoigner et dire à quel point le système hétéropatriarcal nous écrase, nous devrons marcher pour obtenir le droit à disposer librement de nos corps pour nous-mêmes. Car la Marche des Fiertés n’est pas seulement un défilé festif, c’est pour nombre d’entre nous, un événement de visibilité salvatrice : nous nous souvenons toutes de notre première Marche, celle où nous avons constaté que nous n’étions pas seules. Le LesboTruck roulera donc pour toutes les jeunes lesbiennes et les jeunes biEs, et aussi pour les lesbiennes demandeuses d’asile, qui ont besoin de voir qu’elles ne sont pas seules, que les lesbiennes et les biEs existent, qu’elles s’aiment, qu’elles aiment, qu’elles dansent et qu’elles revendiquent. Et surtout : qu’elles n’ont pas honte d’être qui elles sont.

LesboTruck c’est avant tout un projet pour lutter contre le silence dont on entoure les lesbiennes dans la sphère publique et médiatique. Ce silence fait croire aux adolescentes qu’elles ne sont pas « comme il faut », ce silence leur fait croire qu’elles doivent changer, et cela peut parfois avoir des conséquences funestes. Pour ces jeunes, les lesbiennes doivent prendre l’espace et se montrer fières de leurs identités.

Parler de visibilité, c’est aussi parler de visibilité de nos revendications politiques ; alors qu’en 2012 l’ouverture de la PMA à toutes les femmes faisait partie des promesses du candidat François Hollande, nous arrivons bientôt en 2017 et la PMA n’est toujours pas ouverte aux femmes célibataires et aux couples lesbiens en France. Le droit des femmes à disposer de leur corps n’a toujours pas avancé. Nous ne devons pas baisser les bras, au contraire nous devons maintenir la pression sur les politiques pour imposer la PMA dans leur calendrier et faire exister ces revendications, qui sont plus que jamais d’actualité.

Non, « lesbienne » n’est pas un gros mot. C’est ce que nous sommes. Certaines aussi sont biEs, certaines sont aussi trans’, intersexes, ou les deux, d’autres non binaires ou gender-fucker, butch ou fem, pansexuelles ou asexuelles, et qu’ielles se reconnaissent ou non dans une identité lesbienne ou gouine, touTEs celles et ceux qui nous soutiennent sont invitéEs à se joindre au LesboTruck pour faire de cette marche NOTRE marche.

Ensemble on fera bouger les choses, ensemble on va se rassembler, ensemble on sera visibles lors de la Marche des Fiertés de Paris. Le LesboTruck c’est le char créé par et pour TOUTES les lesbiennes.

____________________________
*Chiffres tirés du rapport « Enquête nationale sur la visibilité des lesbiennes et la lesbophobie » de SOS-Homophobie, 2015.

DYKES ARE UNITED !

Rejoignez-nous le 27 juin 2015!

_____________________________

Nous retrouver

Sur Facebook : http://www.facebook.com/pages/Lesbotruck/

Twitter : @lesbotruck

_____________________________

Le collectif LesboTruck est composé des associations Fuk The Name, FièrEs et Cineffable.

Cineffable est une association non-mixte, à but non lucratif, pour soutenir et promouvoir l’expression culturelle des femmes et des lesbiennes, lutter contre toute forme de sexisme, racisme et homophobie. Elle organise chaque année, depuis 26 ans, le Festival International de films lesbiens et féministes de Paris. cineffable.fr / contact@cineffable.fr

Fuk The Name est un groupe créé en 2012, par des femmes, pour des femmes, et tous ceux qui contribuent à les sublimer. Fuk The Name organise des soirées, des événements, en privilégiant la musique, la danse et toutes autres formes artistiques. Le but est d’essayer d’ouvrir une petite voie à une minorité, qui reste pour le moment trop souvent silencieuse. www.facebook.com/fukthenamecollectif / collectiffukthename@gmail.com

FièrEs est une association féministe, lesbienne, bi, trans, créée en 2013 et dont les objectifs principaux sont de visibiliser les lesbiennes et leurs luttes, combattre l’hétérosexisme et les LGBT-phobies, et mener toutes les autres luttes féministes. fieres.wordpress.com / contact.fieres@gmail.com

Publicités

Abracadabra, que disparaissent vos droits !

Publié le Mis à jour le

A l’occasion de l’anniversaire du mariage pour tou.te.s, FièrEs vous offre un spectacle de magie !
En ce 23 avril 2015, deux ans après le vote de la loi dite « Mariage pour tous » à l’Assemblée nationale, FièrEs rend hommage à cet extraordinaire tour de PaSse-PaSse que nous offre le gouvernement.

Abracadabra

Littéralement fascinéEs par le talent avec lequel les illusionnistes Valls et Hollande ont réussi à faire disparaître nos droits, nous montons à notre tour sur scène pour vous révéler les « trucs » de ces magiciens hors pair.

Vous vous êtes toujours demandé comment avaient-ils pu couper filiation et mariage en deux ? Comment la PMA avait-elle disparu de leurs chapeaux ? Comment la carte « droits des trans’  » s’était retrouvée tout en bas du paquet?
L’heure de la révélation a sonné ! Ne vous laissez plus envoûter… la prestidigitation du gouvernement n’aura plus de secret pour vous !

Inscrivez-vous sur l’événement Facebook ici

Rendez-vous le 23 avril à 19h30
Place Baudoyer (devant la mairie du 4e arrondissement, Paris), métro Hôtel de Ville

Mobilisations contre TOUTES les violences faites à TOUTES les femmes

Publié le Mis à jour le

FièrEs appelle à se mobiliser à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes du 25 novembre. Dénonçons ensemble toutes les violences émanant du système hétéropatriarcal à l’encontre de toutes les femmes, qu’elles soient lesbiennes, bisexuelles, trans, hétérosexuelles, etc.

Ces violences prennent différentes formes, physiques ou psychologiques, et opèrent partout dans le monde : agressions physiques, viols, mariages forcés, mutilations sexuelles, harcèlement, violences conjugales, plus grande précarité…

FièrEs rappelle que les luttes féministes et les luttes LGBT sont indissociables car le système hétéropatriarcal, instituant une pseudo-complémentarité des sexes et la domination de l’un sur l’autre, hiérarchise les sexualités et légitime les violences envers les femmes et toutes celles et ceux qui ne se conforment pas au modèle dominant.

En faisant de l’hétérosexualité la norme, le système hétéropatriarcal discrimine doublement les femmes lesbiennes, bisexuelles et/ou trans. Ainsi, en tant que femmes et en tant qu’homosexuelles, bisexuelles et/ou trans, nous affrontons au quotidien sexisme et lesbophobie, biphobie et/ ou transphobie. Ces violences se manifestent à tous les niveaux de nos vies : à l’école, dans la rue, au travail, dans nos cercles familiaux ou amicaux, etc.

Ne nous taisons plus. Visibilisons ces discriminations en visibilisant nos identités, en visibilisant ces violences à notre encontre.

Solidaire de toutes les femmes victimes des violences masculines, victimes des violences patriarcales, en France et dans le reste du monde, FièrEs appelle à participer à toutes les mobilisations :

> 22 novembre : départ à 14h30 de Bastille (Paris), manifestation organisée par le Collectif National pour les Droits des Femmes.
> 25 novembre : départ à 18h30 du métro Grands Boulevards (Paris), marche de nuit non-mixte (sans hommes cisgenre), organisée à l’initiative d’une AG de féministes individuelles et soutenue par des associations.
> … ainsi que beaucoup d’autres initiatives, mobilisations, conférences, colloques, débats, formations, etc. organisé.e.s partout en France.

Capture d’écran 2014-11-21 à 15.05.57

Samedi 18 octobre, mobilisons-nous pour l’Existrans !

Publié le Mis à jour le

FièrEs appelle à la mobilisation le 18 octobre à 14h au départ de la Place Stalingrad (Paris) pour défendre les droits des trans’ et intersexué.e.s lors de la 18e Marche de l’Existrans.

A l’exception de quelques parlementaires qui s’engagent ponctuellement mais avec une constante maladresse (par exemple, le très critiquable projet de loi d’Esther Benbassa), nos dirigeant.e.s semblent avoir bel et bien oublié l’urgence de légiférer sur la question des droits des trans’ et des intersexué.e.s. Se mobiliser collectivement sur ce sujet pour le remettre à l’ordre du jour est donc prioritaire.

Le gouvernement et les élu.e.s de gauche ont dans leur grande majorité abandonné leurs engagements allant dans le sens de plus d’égalité (PMA pour toutes les femmes, ABCD de l’égalité…). Leurs multiples reculs n’ont fait que témoigner du poids des opinions conservatrices et réactionnaires et de la peur que leur inspirent la « Manif pour tous » et ses alliés. Ainsi, en quelques mois, le mot « genre » est devenu tabou, ou est au mieux utilisé à mauvais escient par des médias et politiques complaisants. Remettre en cause la «binarité» et la « complémentarité femme/homme » suscite les plus violentes levées de bouclier. Dans la même veine, la moindre évocation du mot « trans » semble provoquer fureur et panique dans les rangs des conservateurs/trices.

Nous devons faire de cette journée un événement d’ampleur afin de rappeler au gouvernement et aux parlementaires l’urgence de se saisir de la question. Au-delà des associations LGBT, les féministes ont également un rôle à jouer dans les avancées et combats à venir en la matière. Lutter contre la binarité sexuelle, pour la libre disposition de son corps, pour la défense des études de genre, etc. sont autant d’engagements féministes qui trouvent plein écho dans la défense des droits des trans’ et des personnes intersexes.

FièrEs marchera samedi pour exiger que cessent toutes les discriminations que subissent les trans’ et intersexué.e.s au quotidien. FièrEs marchera samedi contre le réassignement à la naissance des personnes intersexes. FièrEs marchera samedi pour exiger une loi permettant un changement d’état civil libre, sansconditions médicales, déjudiciarisé et sans obligation de conformité aux stéréotypesde genre.Badges Trans FièrEs

« La Manif pour tous » changerait-elle de bord ?

Publié le Mis à jour le

Le dimanche 5 octobre, « La Manif pour tous » revient dans les rues de Bordeaux et Paris. FièrEs s’interroge sur le tout nouvel « intérêt » de cet organisme pour les droits des femmes.

Parmi les mots d’ordre de ces marches, on peut trouver « L’humain n’est pas une marchandise », « L’enfant n’est pas un objet », « La femme ne peut être exploitée » (sic). FièrEs salue ce subit revirement idéologique. « La Manif pour tous » changerait-elle de cap ? Si l’on osait, on dirait qu’elle change de bord !

A en lire ces mots d’ordre, « La Manif pour tous » prendrait à n’en pas douter position pour la contraception, l’IVG, la libre disposition de leur corps par les femmes… « Pas touche à nos stéréotypes de genre » : du passé ? Ce dimanche, « La Manif pour tous » mettrait-elle enfin derrière elle le sexisme et les LGBT-phobies dont elle se réclamait jusque-là ? L’exploitation des femmes par les hommes, les grossesses imposées et subies, la construction sociale de l’inégalité entre hommes et femmes : terminées ?

Nous prenons bonne note de ce volte-face salutaire. « La Manif pour tous », désormais héraut de l’égalité et pourfendeuse du système patriarcal, défilera contre toute exploitation du corps des femmes par les hommes, contre l’utilisation des enfants à des fins idéologiques et/ou mercantiles, pour la suppression des rôles sexués et des représentations sexistes perpétuées par l’éducation des enfants et la société dans son ensemble.

Sans nul doute, les dons et financements non négligeables perçus depuis deux ans par cet organisme progressiste seront reversés aux foyers de femmes battues et à la lutte contre les trafics d’enfants.

FièrEs souhaite vivement que medias, parents, éducateurs/trices… ne soient pas dupes d’une rhétorique qui n’a pour but que d’accomplir un « feminist-washing », ne soient pas dupes d’un organisme qui dit défendre la famille en refusant toute protection à certaines d’entre elles. L’imposture est évidente, ne laissons pas « La Manif pour tous » utiliser des arguments contraires à leur idéologie pour servir leurs intérêts ! Non, « La Manif pour tous » n’a pas changé.

Affiche parodique du Tumblr. "les futures Manifs pour tous"
Affiche parodique du Tumblr.   « les futures Manifs pour tous »

Retrouvez FièrEs à la Marche des Fiertés LGBT de Paris

Publié le Mis à jour le

Ce samedi 28 juin à 14h, FièrEs participera à la Marche des fiertés LGBT de Paris pour défendre l’accès à la PMA pour toutes les femmes, revendiquer des lois pour les trans’ et pour réformer la filiation, protester contre l’immobilisme du gouvernement Hollande et montrer son attachement à la lutte contre les discriminations LGBT-phobes.

Retrouvez le char des FièrEs et toutes les surprises qu’elles vous réservent (jeu concours ici) à 14h au 111 bd Saint-Michel et montrez que vous êtes FièrEs : que vous ne vous cachez pas, que vous n’avez pas honte, que la visibilité est votre première arme !

DSCN3821

FièrEs se prépare…

 

17 mai, IDAHOT : les LGBTphobies ne sont pas des opinions !

Publié le Mis à jour le

Ce samedi 17 mai, pour la Journée Internationale contre l’homophobie et la transphobie (IDAHOT :
International Day Against Homophobia & Transphobia), FièrEs participe à deux événements à Paris :

– à partir de 14h le cortège de l’association marchera depuis la place du Châtelet jusqu’à la place Pigalle pour manifester avec le Collectif du 8 avril contre les violences sexistes, lesbophobes et transphobes ;

– tout l’après-midi FièrEs tiendra un stand sur la place Pigalle et participera aux divers happenings organisés par Aides et Acceptess-T pour lutter contre les LGBTphobies. 

L’ouverture du mariage aux couples de même sexe l’année dernière a été une avancée pour l’égalité des droits. Mais, depuis plus d’un an, nous, lesbiennes, bisexuel-le-s, gays et trans avons été la cible de la haine et de l’intolérance des réactionnaires et conservateurs, des homophobes, transphobes, sexistes de tous bords, de gauche comme de droite. Les actes LGBTphobes ont augmenté de 78% par rapport à l’année 2012. 59% des répondantes à la dernière enquête de SOS homophobie affirment avoir été victimes de lesbophobie dans les deux dernières années.

Les LGBTphobies ne sont pas apparues l’année dernière mais la liberté de parole donnée aux anti-égalité des droits a légitimé ces propos dans l’espace public et privé. Nous rappelons que l’homophobie, la biphobie, la lesbophobie et la transphobie ne sont pas des opinions mais bien des délits condamnés par la loi.

Le 17 mai n’est que l’occasion de le rappeler et d’attirer l’attention sur ces actes : violences, agressions, viols, mais aussi harcèlement, insultes, remarques déplacées de la part d’inconnu-e-s, discours politiques LGBTphobes…

En cette Journée Internationale contre l’homophobie et la transphobie, FièrEs n’oublie pas les lesbiennes, les trans, les bi et les gays du monde entier qui subissent de plein fouet des politiques répressives envers les LGBT, et celles et ceux, nombreux-ses, qui sont parmi nous, en attente d’un droit à l’asile politique.

Image

FièrEs salue l’ajout de la transphobie aux problématiques de cette journée mondiale mais ne peut que constater l’invisibilisation systématique de la lesbophobie et de la biphobie : nous demandons que ces mots soient ajoutés à la suite d’homophobie et de transphobie. La visibilité est le premier pas nécessaire à l’égalité et à la reconnaissance de nos combats.

Nous demandons également que cesse la légitimation par l’Etat des discriminations à l’encontre des personnes LGBT : il est temps que les trans’ bénéficient d’une loi, il est temps d’ouvrir la PMA à toutes les femmes, il est temps de simplifier les démarches et l’hébergement des LGBT demandeurs du droit d’asile, il est temps de réformer la filiation pour permettre aux parents dits « sociaux » de reconnaître leurs enfants ! Il est temps aussi de dénoncer les LGBTphobies des anti-égalité des droits et que l’Etat cesse de se laisser dicter sa politique par des réactionnaires minoritaires !