Lesbiennes

Pétition PMA pour toutes : prolongement du manifeste des 343 « fraudeuses »

Publié le Mis à jour le

Il n’est pas trop tard pour soutenir le manifeste des 343 « fraudeuses » qui a fait la Une du journal Libération du 6 juin 2014. Vous pouvez signer la pétition officielle lancée par All Out avec l’accord des deux initiatrices du manifeste :

https://www.allout.org/fr/actions/pma-maintenant

Image

FièrEs soutient le Manifeste des 343 « fraudeuses »

Publié le Mis à jour le

FièrEs soutient le Manifeste des 343 « fraudeuses », initié par un couple de femmes ayant eu recours à une PMA à l’étranger. Nous appelons toutes celles qui sont concernées et tou-te-s celles et ceux qui soutiennent ce combat à faire de même.

POUR SIGNER CE MANIFESTE OU APPORTER VOTRE SOUTIEN, ENVOYEZ UN MAIL À : manifestedes343fraudeuses@gmail.com 

Agir en 2 clics :

1/ Vous pouvez signer ce manifeste en indiquant vos nom et prénom et en précisant : « Je déclare que je suis l’une d’elles. Je déclare avoir eu recours à une PMA à l’étranger ou à une insémination artisanale afin de fonder une famille » (concerne toutes les femmes ou conjointes de femmes inséminées).

OU vous pouvez soutenir ce manifeste en indiquant vos nom et prénom et en précisant : « Je déclare apporter mon soutien au MANIFESTE DES 343 « fraudeuses » » (concerne tou-te-s les femmes/hommes non-signataires, les associations…).

2/ Puis vous envoyez votre signature ou votre soutien à l’adresse : manifestedes343fraudeuses@gmail.com  

Ce faisant, vous acceptez que vos nom et prénom soient publiés dans le journal Libération, sur Internet et tout autre support médiatique en tant que signataire ou soutien de ce manifeste.

LE MANIFESTE DES 343 « FRAUDEUSES » :

Chaque année, des milliers de femmes ont recours à une PMA à l’étranger dans le but de fonder une famille.

D’autres le font dans des conditions dangereuses pour leur santé en raison de l’exclusion à laquelle elles sont condamnées alors que la France autorise la PMA pour les couples hétérosexuels.

Je déclare que je suis l’une d’elles. Je déclare avoir eu recours à une insémination avec donneur afin de fonder une famille.

Nous réclamons l’ouverture de la PMA à toutes les femmes.

Nous réclamons que la loi ouvrant l’adoption aux couples de même sexe soit appliquée partout en France, sans discrimination.

Nous réclamons l’égalité entre couples homosexuels et hétérosexuels pour l’établissement de la filiation de leurs enfants.

Nous réclamons que tous les enfants de France puissent bénéficier des mêmes droits et que cessent immédiatement les discriminations dont sont victimes les enfants élevés dans des familles homoparentales.

Image
Action FièrEs « Thalys, partenaire officiel de votre PMA » du 3 janvier 2014.

 

 

Enterrement du courage politique : les discours

Publié le

Le lundi 5 mai 2014, FièrEs a enterré symboliquement le courage politique du gouvernement. Retrouvez dans cet article tous les discours

Chant :

*Ave PMA*
Deux ans qu’on croit en toi
Le gouvernement a eu raison de toi
Il a pas bougé le petit doigt, François
Courage politique tu nous manqueras
tu nous manqueras

Discours de Père Armand

pretre

 

 

 

 

 
Mes très chères filles,
Mes très chers fils,
Mes très chers enfants –
nous sommes réuniEs ici ce soir pour pleurer la perte du regretté courage politique du gouvernement. Malgré une rémission temporaire lors du vote pour le « mariage pour tous », le courage politique a succombé à sa longue agonie… Les récentes déclarations de Laurence Rossignol et Marisol Touraine ont empiré son état. Finalement, Manuel Valls lui a asséné le coup de grâce, depuis le Vatican.
Nous regrettons amèrement cette nouvelle, et présentons nos sincères condoléances à tout son électorat.
Au nom des mères, des filles, et des promesses tenues
Amen !

Discours de la cheffe de chœur : chronologie des reculs sur la PMA

cheffe– Le 10 septembre 2012 : Christiane Taubira annonce dans La Croix le retrait de la PMA du projet de loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe.
– Début janvier 2013, le gouvernement convainc les parlementaires de la majorité de ne pas déposer d’amendements sur la PMA ; en contrepartie, Ayrault s’engage publiquement à ce que la PMA figure dans le projet de loi famille.
– Le 28 mars 2013, François Hollande se décharge de la question de la PMA sur le comité consultatif national d’éthique.
– Le 26 avril 2013, J-M Ayrault souhaite, je cite, « tourner la page du mariage gay », fin de citation.
– Eté 2013, le CCNE repousse sa décision : Dominique Bertinotti assure alors que, je cite, « la PMA n’est pas enterrée », fin de citation.
– Septembre 2013, Marisol Touraine s’interroge dans La Croix «la loi famille est-elle le meilleur endroit pour parler de la PMA ? » (ton ironique).
– Le 3 janvier 2014, Dominique Bertinotti confirme qu’il n’y aura pas de PMA dans la loi sur la famille.
– Le 3 février 2014, au lendemain d’une manifestation de la Manif Pour Tous, Matignon annonce que le gouvernement ne présentera pas de projet de loi sur la famille ; Manuel Valls, alors ministre de l’intérieur, annonce que le gouvernement s’opposerait aux amendements qui viseraient à introduire la PMA.
– Le 27 avril Marisol Touraine affirme que la PMA « n’est pas à l’ordre du jour » pour les couples de femmes.
– Le 28 avril 2014, Manuel Valls annonce depuis le Vatican qu’il n’y aura pas de PMA jusqu’en 2017.

Discours de la mariée endeuillée

Enterrement de la PMA-Fières

Tu resteras dans nos mémoires à toutes et tous. Alors, puisque ce souvenir est notre lien commun aujourd’hui, pourquoi ne pas se souvenir ensemble ?
Je t’ai rencontré en 2012, à l’aube de ta vie. Tu incarnais alors tous mes espoirs. Je pensais que tu vivrais assez longtemps pour me donner les mêmes droits que les autres ; je pensais que tu vivrais assez longtemps pour protéger ma famille ; je pensais que tu vivrais assez longtemps pour tenir tes promesses.
Dans ta folle jeunesse, tu étais audacieux, aventureux, expansif : tu m’as promis monts et merveilles. Avec le temps, tu es devenu de plus en plus discret, me laissant comprendre que tu étais rongé par la maladie. D’un naturel optimiste, je me suis acharnée à croire en une éventuelle guérison.
Malheureusement, après avoir été maintes et maintes fois repoussée, l’annonce de ta mort est finalement tombée.
Tu es parti trop tôt, et me voilà désormais démunie, mes espoirs envolés, et mon cœur brisé.

Discours du « bébé Thalys »

Enterrement de la PMA-Fières

 

 

 

 

 

 
Moi bébé, je pensais que toutes les personnes naissaient libres et égales en droits
Moi bébé, je pensais qu’une maman ne valait pas moins qu’un papa
Moi bébé, je ne pensais pas être une fraude à la loi
Moi bébé, je ne pensais pas que l’arbitraire était roi
Moi bébé, je croyais que ma maman n’aurait pas besoin de m’adopter – mais finalement comme on vit à Versailles, même ça elle ne le pourra pas
Toi vivant, tu m’aurais montré que je n’étais pas un hors-la-loi
Depuis ton départ, j’ai perdu l’appétit
Depuis ton départ, je ne mange même plus de Flanby.

Discours de FièrEs

fieres

Nous ne sommes pas résignéEs, nous sommes en colère. Les lesbiennes sont en colère, les bi sont en colère, les familles homoparentales sont en colère, les trans sont en colère.
La semaine dernière, Manuel Valls a annoncé depuis le Vatican que la Procréation Médicalement Assistée pour toutes les femmes ne serait pas d’actualité pendant le quinquennat de François Hollande. Cette annonce est le point culminant d’une longue série de reculs et de renoncements. Quel est le but de cette annonce exactement ? Quel est l’effet escompté ? Que les réactionnaires face à qui ils ont cédés votent pour eux en 2017 ? La seule chose qu’ils réussiront à faire en ne tenant pas leurs promesses, en ayant une politique bien loin de celle prônée pendant leur campagne de 2012, est de faire fuir leur électorat. Comment peuvent-ils nous faire l’affront de nous parler d’apaisement ?! Comment pourrait-on être apaiséEs ?
Comment être apaiséEs lorsque l’on voit l’urgence pour les familles qui existent : le TGI de Versailles, à cause de ce vide juridique, vient de refuser 3 adoptions à des mères dites « sociales », pour cause de « fraude » : or la PMA n’est pas illégale en France, ni faire une PMA à l’étranger. Nos enfants existent ; et comme tous les autres, ils ont besoin de la protection de leurs parents.
Comment être apaiséEs lorsque l’on voit le parcours imposé aux personnes trans qui souhaitent changer d’état civil, un parcours absolument indigne de la patrie des droits humains : avec des stérilisations forcées, une vulnérabilité face à l’arbitraire des juges, des démarches interminables, une dangereuse précarité, etc.
Le gouvernement a cédé à une minorité par opportunisme politique et par lâcheté. Ils ont sacrifié leurs valeurs, leurs promesses, mais surtout nos vies et nos familles. En cédant face à la « Manif pour tous » et autres réactionnaires, ils ont donné une légitimité à leurs propos homophobes, lesbophobes, biphobes, transphobes, sexistes et racistes.
Nous ne nous tairons pas face à ces injustices. Nous ne nous résignons pas. Alors aujourd’hui, crions-leur haut et fort : nous ne lâcherons rien !! Nous ne cesserons pas de nous battre pour défendre nos familles, nos droits, la libre disposition de nos corps.
Nous en appelons à leur raison. Nous appelons ce gouvernement à se ressaisir et à mener la politique pour laquelle il a été élu. Nous appelons également tous les parlementaires à faire davantage preuve de courage que ce gouvernement en déposant des propositions de lois et des amendements pour enfin réaliser les réformes que nous attendons depuis de si nombreuses années. Parmi ces réformes, citons l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, une réforme de la filiation permettant une réelle protection des familles homoparentales, une loi permettant un changement d’état civil totalement déjudiciarisé et démédicalisé pour les personnes trans’.
Car si le courage politique de ce gouvernement est mort, tant que nous ne nous résignerons pas, leurs promesses peuvent ressusciter !

 

Vendredi 25/04 : visite de l’exposition de Barbi(e)turix

Publié le Mis à jour le

Vendredi, Polychrome – Edl & FièrEs s’associent pour vous faire découvrir l’exposition consacrée aux 10 ans du collectif lesbien Barbi(e)turix. Rag, membre active de BBX, DJ résidente des soirées Wet for me, nous présentera l’exposition et ensuite, nous prendrons un verre !

Image

Barbi(e)turix, 10 ans d’activisme culturel et festif.

À mi-chemin entre la scène gay et le milieu féministe, la culture lesbienne s’est trop longtemps agitée en secret. Minorité dans la minorité, elle s’est construite en marge mais compose aujourd’hui un véritable réseau d’artistes de plus en plus influentes.

Depuis sa création, le collectif Barbi(e)turix se bat pour donner aux lesbiennes l’opportunité de s’exprimer sans complexes grâce à ses soirées, ses fanzines ou son site. Toutes s’activent pour questionner nos représentations et faire vivre une communauté avide de découverte et de changement. 

S’appuyant sur dix ans d’activisme artistique, BBX propose une exposition qui mettra en lumière les artistes qui ont participé à la vie du collectif. Ces dernières présenteront leurs travaux ainsi que plusieurs œuvres originales. Affiches, flyers, illustrations, mais aussi photos et vidéos dérouleront le film d’un collectif lesbien insoumis et inventif.

Cette exposition propose les œuvres de (par ordre alphabétique) : Elsa Barbillon, illustratrice ; Féline Barre, illustratrice ; Sarah Bastin, photographe ; Vaïnuï de Castelbajac, illustratrice/graphiste; Rié Hirai, graphiste ; Emilie Jouvet, réalisatrice/photographe ; Denyse Juncutt, vidéaste/photographe ; Fanny Katz, illustratrice ; Bethany Makes Poetry, illustratrice ; Chill Okubo, photographe ; Hervé Photograff, photographe ; Marie Rouge, photographe ; Silya de Senz, réalisatrice/comédienne ; Phoene Somsavath, illustratrice ; Clémence Thune, illustratrice ; Flavie Trichet Lespagnol, photographe ; Alessandra d’Urso, photographe. Avec la participation exceptionnelle de Maripol.

Point Éphémère , 200 quai de Valmy, 75010 Paris.
Entrée libre !

Événement facebook : https://www.facebook.com/events/749644355075238/

Vous avez raté l’atelier « Plaisirs et prévention pour les femmes ayant des relations sexuelles avec d’autres femmes » à la Queer Week ? Séance de rattrapage.

Publié le Mis à jour le

(Atelier organisé par FièrEs et la Queer Week, en partenariat avec FloZif de PlayNight Paris et Coraline Delebarre, co-responsable de la brochure « Tomber La Culotte »)

Pourquoi un atelier « Plaisirs et prévention pour les femmes » ? D’abord parce que, reconnaissons-le : nous avons encore souvent du mal à associer « prévention » et « ludique », « safe-sex » et « plaisir(s) ». Faute d’information et de pratique, à en croire FloZif, qui nous apprendra que même la redoutée digue dentaire peut être sensuelle. Les intervenantes nous ont montré que l’on peut appréhender la prévention sous l’angle des « plaisirs », thème de cette nouvelle édition de la Queer Week. Ensuite parce que les « FSF » (l’acronyme utilisé tout au long de l’atelier pour désigner toutes les femmes ayant des relations sexuelles avec des femmes, qu’elles se déclarent lesbiennes, bies, fluides ou même hétéro) sont les oubliées de la prévention. C’est d’abord le cas à l’école. Les cours d’éducation à la sexualité ne concernent bien souvent que la sexualité dite « reproductive », donc hétérosexuelle. Les participantes de l’atelier sont unanimes : « on apprend à mettre une capote sur une banane ! ».

Concernant les politiques publiques de santé, le constat est le même : les FSF sont toujours considérées comme faisant partie de la catégorie « femmes » (sous-entendu : hétéro) ou « LGBT ». Leurs spécificités ne sont donc jamais prises en compte. La salle était sidérée d’apprendre que les FSF sont considérées comme trop minoritaires, et donc leur potentialité de contamination aux Infections Sexuellement Transmissibles (IST) ou Maladies Sexuellement Transmissibles (MST) trop faible pour être considérée comme un enjeu de santé publique (!). Résultat, les campagnes et brochures consacrées aux FSF sont quasiment inexistantes, alors que le besoin de documentation est énorme. Les études montrent en effet que les FSF ont environ cinq fois plus de « chances » d’être infectées par une IST que les femmes strictement hétéro (environ 15% de probabilité contre 3% pour les femmes hétéro). Outre le fait que les FSF ont, selon les études, plus de partenaires que les autres (notamment en début de parcours, lorsqu’elles se « cherchent »), le manque de suivi gynéco régulier n’est évidemment pas étranger à ces inquiétantes statistiques, que ce soit par manque d’information ou parce qu’il est parfois difficile de trouver un gynéco friendly.

Il aura pourtant fallu attendre 2009 pour qu’une commission « FSF » à part entière soit créée au sein de la Direction Générale de la Santé (DGS), et 2011 pour qu’un financement public soit accordé par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) à la publication d’une brochure. Ce qui donnera le guide « Tomber La Culotte », que l’on peut trouver dans la plupart des associations de prévention, dans les centres du Planning Familial, au centre LGBT d’Ile de France ou encore aux PlayNight, les fameuses soirées « sexe » réservées aux femmes et aux trans, organisées par FloZif.

Globalement, la prévention dédiée aux FSF doit encore beaucoup aux initiatives individuelles, et même dans les espaces militants consacrés à la santé et/ou aux luttes LGBT, les FSF sont souvent les premières sacrifiées lorsque les budgets diminuent.

Après cette mise en contexte quelque peu révoltante, nous échangeons longuement : par où commencer pour inverser la tendance ? Comment acquérir les bons réflexes ? Malgré la diversité des parcours personnels et militants des participantes, c’est surtout les (ou plutôt l’absence de) représentations qui semblent en cause : à part dans le porno hétéro où des « lesbiennes » sont là pour exciter l’homme, la sexualité entre femmes est invisibilisée : c’est une sexualité qui serait passive, sans pénétration, et donc sans risques pour la santé… Dès lors, pourquoi une prévention dédiée ? En retour, l’absence de prévention dédiée aux FSF donne l’impression qu’entre femmes, « ce n’est pas vraiment du sexe »… Même si de nouvelles représentations émergent grâce à quelques initiatives militantes (les films d’Emilie Jouvet par exemple), le manque à combler est énorme.

Bref, nous toutes dans la salle avons donc des lacunes et besoin d’apprendre ! Les intervenantes partagent alors avec nous, pendant la deuxième partie de l’atelier, leurs expériences et conseils de safe-sex. Première étape, se débarrasser de nos craintes et tabous qui font que souvent, l’on n’ose pas aborder la question avec sa ou ses partenaires, surtout au début d’une relation ou pour un coup d’un soir. Avoir des pratiques safe, c’est non seulement respecter son corps et le corps de l’autre, mais de plus l’usage du préservatif, de la digue dentaire, des gants en latex ou du gel peut ajouter un aspect ludique voire sensuel…

Quelques conseils de base en terme de prévention :

– En l’absence de gants, se laver les mains et privilégier les ongles courts pour réduire le risque d’infection.

– Le préservatif externe (dit « masculin »), si vous utilisez un gode, pour prévenir toute allergie au caoutchouc, éviter la transmission d’IST mais aussi simplifier l’entretien du sex-toy en question (un lavage à l’eau et au savon suffira). Enfin, attention à la date de péremption : une fois dépassée, le préservatif devient poreux et donc inefficace.

– Le préservatif interne (dit « féminin »), qui a l’avantage de pouvoir être posé en avance en prévision d’un rapport sexuel (jusqu’à 8h !) et peut être gardé tout le long de votre (longue) nuit.

– Le gel : privilégiez les gels à base d’eau pour être certaine qu’il convient à votre sex toy (ceux en latex notamment) et prévenir les allergies. Evitez les « gels improvisés » (type huile de massage) : les matières grasses rendent le préservatif poreux et peuvent aussi provoquer des allergies et/ou infections.

– Les gants en latex qui préviennent également des infections, notamment si vous n’avez pas la possibilité de vous laver les mains avant un rapport et pour éviter des lésions (à cause des ongles longs) qui sont autant de portes d’entrée pour les IST.

– Et la « digue dentaire » qui malgré un nom quelque peu barbare est bien utile lors d’un cunnilingus ou annulingus pour protéger, là aussi, des IST (ou du VIH si présence de sang) et peut devenir très ludique avec la pratique. Elle s’achète en pharmacie ou se fabrique à partir d’un préservatif ou de film alimentaire (celui qui ne passe pas au micro-ondes !)

Pour en savoir plus :

« Tu sais quoi? » , les vidéos de prévention par Yagg : http://tusaisquoi.yagg.com/

« Tomber La Culotte ! », consultable en ligne ou à télécharger ici : http://www.sida-info-service.org/?Tomber-la-culotte-Pour-s-informer

Les soirées « PlayNight » à Paris : https://www.facebook.com/pages/PlayNight-Paris/111381055559933?ref=ts&fref=ts

Notre live-tweet de l’atelier : https://twitter.com/assofieres

 

Camille C.

 

 

[Tribune] PMA : nous n’y renoncerons pas

Publié le Mis à jour le

Les associations FièrEs et L’autre maman interpellent Dominique Bertinotti, ministre de la famille, sur le nouveau report – après les municipales – de la PMA pour toutes les femmes.« Ouvrir la PMA aux couples de femmes et aux femmes célibataires », affirment-elles, mettrait simplement fin à une « discrimination uniquement fondée sur l’orientation sexuelle et le patriarcat ».

Une tribune publiée sur le blog de Mediapart et à lire ici