genre

Enquête de l’Ined sur les modes de vie LGBT : une enquête bienvenue mais perfectible

Publié le Mis à jour le

L’Institut national d’études démographiques (Ined) a lancé une enquête sur les modes de vie, la santé et les situations d’insécurité des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et trans’ (LGBT). Cette enquête s’appuie sur un questionnaire en ligne, accessible jusqu’à fin mars 2016, sur un site dédié : http://www.ined-lgbt.fr

ined visuel

Elle a pour objectif de mieux connaître les expériences ordinaires des LGBT, la variété de leurs vies, les difficultés auxquelles elles/ils font face.

Lors de sa sortie en novembre, cette enquête a suscité de nombreuses critiques et réactions négatives. Les militantEs de FièrEs, comme d’autres, ont été surprisEs de découvrir certaines des formulations et directions choisies. Ayant contacté l’équipe de recherche de l’Ined afin de corriger ces manquements et d’améliorer la qualité et la précision de l’enquête, nous avons pris la décision de ne pas retirer notre partenariat.

En effet, même si celle-ci est encore très perfectible, nous voulons souligner la nécessité d’une telle enquête et en soutenir la démarche. Nous estimons que cette enquête quantitative couplée à une méthodologie qualitative ouvre un dialogue et peut faire bouger les lignes sur les catégories prises en compte dans le monde de la recherche. Elle participe à la visibilisation de catégories minorisées. Nous espérons que la base de données sera libre d’accès afin que les chercheuses.eurs et les militant.e.s puissent s’en saisir et ainsi produire de nouveaux éléments de connaissance. Nos communautés en ont désespérément besoin afin d’en faire des outils d’empowerment et des moyens d’actions… l’un des freins aux actions d’envergure, dans le domaine de la santé par exemple, étant le manque de données et d’informations fiables.

Toutefois, cette enquête pêche à inclure les personnes non-binaires, trans’ et intersexes, reconduisant ainsi les violences et l’invisibilisation subies. Les réponses proposées sont souvent trop limitatives et ne nous représentent pas suffisamment. De l’aveu des responsables de l’enquête :

« Faire une enquête statistique, c’est tenter de saisir les contours d’une population, et laisser de côté les singularités : essayer de faire un état des lieux qui permet d’avoir une image, même grossière, et qui permet les comparaisons avec d’autres populations. Répondre à un questionnaire statistique, c’est donc nécessairement « rentrer dans des cases » : pas pour en affirmer la légitimité, mais justement pour montrer leur poids social, ou leur limite et peut-être, finalement, pouvoir s’en défaire. »

Lors de notre rendez-vous de travail de décembre, les responsables nous ont assuréEs que les questions sur l’état civil du ou de la répondant.e, qui ont pu heurter, permettraient de mettre en lumière les discriminations spécifiques aux personnes ayant, à un moment de leur vie, un état civil non conforme à leur genre. De même, le champ de texte permettant de spécifier librement son genre pourra surligner que la binarité de genre n’est pas une évidence pour tout le monde.

Les critiques que l’on peut encore adresser à l’enquête de l’Ined sont nombreuses :

  • l’impossibilité de déclarer avoir deux pères ou deux mères ;

  • la formulation plus que douteuse de la question SE3F sur LA « féminité » ou LA « masculinité » – des guillemets n’auraient pas été de trop ;

  • l’impossibilité pour les personnes ayant plusieurs nationalités de le spécifier ;

  • la mise sur le même niveau d’un rapport sexuel et d’une agression sexuelle (question SE8c) ;

  • l’aspect binaire de nombreuses questions/réponses pose toujours problème, malgré les corrections effectuées en ce sens fin décembre et auxquelles nous avions contribué.

A ce sujet, nous vous renvoyons aux explications données par Christelle Hamel, Tania Lejbowicz et Mathieu Trachman lors d’un entretien accordé à Yagg : http://yagg.com/2016/01/04/enquete-de-lined-sur-les-modes-de-vie-des-lgbt-est-il-possible-de-faire-rentrer-tout-le-monde-dans-des-cases/

 

Le communiqué de presse de l’enquête précise la visée et la marche à suivre :

« Le questionnaire en ligne est composé de plusieurs volets – le profil sociodémographique (âge expériences conjugales et sexuelles, parcours scolaire et professionnel), l’état de santé, les espaces de vie (études, travail, couple, famille) et les expériences au cours de la vie – et nécessite une quarantaine de minutes avec la possibilité de le remplir en plusieurs fois grâce à un mot de passe.

Les résultats de cette enquête permettront de mieux comprendre le mode de vie des LGBT, d’éclairer sur les évolutions de leur santé et leurs difficultés face aux différentes formes d’insécurité, notamment celles liées à la LGBTphobie. Les premiers résultats statistiques seront rendus publics en 2017. »

Pour répondre à l’enquête, c’est ici : http://www.ined-lgbt.fr

25/11 : Journée de lutte contre les violences faites aux femmes

Publié le Mis à jour le

Violences matérielles et violences symboliques

 

  • Dans le monde, une femme sur trois est victime de violence physique ou sexuelle au cours de sa vie ;
  • Jusqu’à 70% de femmes sont victimes de violences dans certains pays*

… Ces chiffres sont accablants, n’est-ce pas ? Malheureusement, il est fort probable que ceux-ci minimisent également un grand nombre de réalités, compte tenu des violences subies et non signalées, ainsi que des formes multiples et souvent insidieuses que revêtent les violences patriarcales et le sexisme.

Dites « violences faites aux femmes », vous entendrez immédiatement violence matérielle, physique et psychologique, omniprésente à travers le monde sous la forme d’infanticides à la naissance, de mutilations génitales, de mariages forcés, de trafics d’êtres humains, de viols, d’agressions sexuelles, de violences conjugales, d’insultes, de harcèlement, de discriminations, et de tous autres types d’assauts.

Autant de manifestations matérielles d’une violence symbolique généralisée, institutionnelle, qui légitime une grande partie des rapports de pouvoir : celle sur laquelle repose l’édifice hétéropatriarcal. Parmi ses moyens de répression principaux, on compte le cissexisme et l’hétéronormativité, qui sont à l’origine des LGBTI-phobies et des autres discriminations visant à invisibiliser et à précariser les minorités sociales. Dans cette longue liste, l’on retrouve : les injonctions à la non-libre disposition de son corps – avec la culpabilisation de l’acte d’IVG, la restriction de la PMA et l’encadrement abusif du changement d’état civil pour les personnes trans -, les stéréotypes genrés qui tissent nos relations sociales dès l’enfance ou l’éternel plafond de verre dans le monde du travail pour les femmes…

En l’occurrence, constatant la traditionnelle procrastination gouvernementale en situation de crise humanitaire, on pense tout particulièrement au cas des femmes exilées, pour lesquelles il est urgent de mettre en place des plans d’action solidaire, et ce, à l’échelle nationale.

C’est parce que la lutte pour les droits des femmes est indissociable de la lutte pour les droits des autres minorités que FièrEs, association militante féministe portée par des lesbiennes, des bies, des trans, appelle à la mobilisation de touTEs, sous toutes les formes possibles. Car l’état d’urgence, ce n’est pas seulement celui dans lequel l’Etat veut nous enfermer. C’est aussi l’état dans lequel sont les femmes, partout et toujours, sans que l’on veuille les écouter ni les voir.

* Selon l’ONU Femmes, novembre 2015
http://www.unwomen.org/fr/digital-library/multimedia/2015/11/infographic-violence-against-women

Micro-trottoir sur les transidentités

Publié le

Un micro-trottoir diffusé pour la première fois en public le 16 mai 2015 lors du village associatif place Edmond Michelet organisé par Aides-Paris12 à l’occasion de l’IDAHOT (Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie) :

[Communiqué de presse] ABCD supprimés : 0 pointé pour le gouvernement

Publié le Mis à jour le

FièrEs appelle au rassemblement de Sud Education aujourd’hui,  à 14h30, devant le Ministère de l’Education nationale, pour protester contre l’abandon du dispositif « ABCD de l’égalité ».

Ils ne seront pas généralisés, ont perdu leur substance, mais aussi leur nom : les ABCD de l’égalité ont bien été abandonnés car, de l’aveu de Benoît Hamon, « les parents posent beaucoup de questions ».

Ce dispositif éducatif visait à lutter contre la formation des inégalités filles/garçons dès le plus jeune âge, en agissant sur les représentations des élèves et les pratiques des acteurs de l’éducation. En son temps, même la droite par la voix de Jean-François Copé appelait à la mise en place d’un tel dispositif. Le gouvernement, et plus particulièrement le ministre de l’Education nationale, cherchaient depuis un moment à s’en débarrasser en catimini, sans vraiment faire l’annonce d’un abandon total, en trouvant une issue « honorable », discrète et hypocrite ; c’est chose faite.

Les passionaria « anti-égalité » ont une fois de plus fait ployer le gouvernement à grand renfort de désinformation, contre un dispositif qui visait à transmettre des valeurs d’égalité entre femmes et hommes et à lutter contre les stéréotypes de genre dès l’école. On aura tout dit sur ces « ABCD de l’égalité » : « dénaturation de l’école », « propagande LGBT », « fin de la civilisation »… De quoi ont-ils peur ? Que les enfants ouvrent les yeux sur le traitement inégalitaire et différencié qui leur est imposé dès la naissance ? Si seulement !

Faut-il adresser à ce gouvernement un ABCD de la détermination politique ? Un ABCD dans lequel il découvrirait avec stupeur qu’un programme électoral se respecte, que des craintes rétrogrades se combattent :

Abandonnées, toutes les promesses en faveur de l’égalité l’auront donc été (éducation contre les stéréotypes, programme contre les violences et discriminations commises en raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre*, ouverture de la PMA à toutes les femmes…).

Bataille pour l’égalité : associations, collectifs, individu-e-s, féministes, LGBT, militant-e-s contre les discriminations, ne lâcheront pas sur le terrain de l’égalité.

Courage politique, c’est décidément ce qui manque à ce gouvernement pour mener ses engagements à bien.

Défaite électorale, c’est ce qui se profile pour 2017 car l’électorat que ce gouvernement semble vouloir séduire avec ce genre de mesures n’est pas le leur…

ABCD-egalite-2_293800

 

* http://www.gouvernement.fr/gouvernement/homophobie-et-discriminations-a-raison-de-l-identite-de-genre-un-programme-d-actions-go

Ciné et visibilité lesbienne au Printemps des assoces

Publié le

Dimanche après-midi au Printemps des Assoces, l’association Cineffable animait un atelier sur la visibilité lesbienne dans l’histoire du cinéma. Compte-rendu.

A l’espace des Blancs-Manteaux, dimanche à 14h, la salle était pleine. Une trentaine de têtes alignées attendaient le début de l’unique atelier lesbien du Printemps des Assoces : “La représentation des lesbiennes dans le cinéma”.

Cineffable, organisatrice du festival annuel de films lesbiens et féministes de Paris, proposait cette rencontre. C’est à Anne Delabre que l’association a fait appel pour l’animer. Cette journaliste de formation a co-rédigé Le Cinéma français et l’homosexualité avec Didier Roth-Bettoni. Elle dirige également le ciné-club « 7e genre » qui décrypte les représentations LGBT au cinéma. Œil vert et regard enjoué, se définissant comme “cinéphile” et “autodidacte”, Anne Delabre a su proposer un panorama clair et concis sur la place des lesbiennes dans le cinéma. Pour elle, “le cinéma a un passé, l’histoire ne s’est pas faite en 5 ans !”. D’où l’importance d’englober tout le xxe siècle, sans exclure les films muets ou en noir et blanc.

Image

Censure et sous-entendus

Ça commence mal en 1920, lorsque L’Homme du large et sa première lesbienne du cinéma français est censuré pour outrages aux mœurs. Le personnage est doublement sulfureux pour l’époque: homosexuelle et patronne de cabaret. Dans l’entre-deux-guerres cinématographique, les lesbiennes évoluent dans des lieux fermés (prison, pension de jeunes filles). L’homosexualité est présentée comme un non-choix car découlant de la promiscuité féminine et de l’absence d’hommes.

Les années 1940 et 1950 font place à des adaptations de romans. La littérature sert alors de caution à des films qui sans cela auraient pu être censurés. Quai des Orfèvres (1947) en est un bon exemple: rien n’est clairement exprimé, mais de nombreux sous-entendus font comprendre qu’une des héroïnes du film, photographe, est homosexuelle. Regards langoureux pour les femmes, photographies de nus féminins, sacrifice final pour celle qu’elle aime… Anne Delabre précise que lors de sa sortie, peu de gens ont vu l’homosexualité du personnage. Ce sont nos yeux dessillés de 2014 qui comprennent le message subliminal.

Image

Lesbienne prédatrice, lesbienne malheureuse

Vampires lesbiens, dangereuses prédatrices, érotisme et fantastique… Révolution des mœurs oblige, dans les années 60 puis 70, des films transgressifs et non moralisateurs sont présentés au public.

Dans les années 80 apparaissent des films plus édulcorés ainsi qu’un certain nombre de films crypto-lesbiens.

Une particularité subsiste: la lesbienne de film est dépressive souvent, criminelle parfois, malheureuse tout le temps. La comédie est réservée aux gays. On se moque d’eux, ils font rire, tandis que les lesbiennes font peur.

Les années 90 changent la donne. Pourquoi pas Moi (1998) mais surtout Gazon Maudit (1994) font rire le grand public. Cette période voit également la multiplication de films sur la découverte de la sexualité et le coming-out.

Banalisation de l’homosexualité

Dans les années 2000, de plus en plus de personnages lesbiens sont intégrés à des scénarios. C’est ce qu’Anne Delabre appelle « la période de banalisation ». Dans des films tels que Oublier Cheyenne (2004), La Naissance des pieuvres (2007), l’homosexualité est une des composantes des personnages mais n’est pas au centre de l’histoire.Mais ce n’est sûrement pas un hasard si l’on doit ces films à des réalisatrices engagées !

Une image « positive » des lesbiennes ?

Anne Delabre soulève une question récurrente : le cinéma doit-il donner une image « positive » des lesbiennes ? Gazon maudit a été encensé autant que décrié puisque donnant une image caricaturale des lesbiennes. La Vie d’Adèle a autant été haï qu’adoré. Anne Delabre balaye ces polémiques :

“Un film est une œuvre d’art avant tout, il n’est pas un tract politique, il raconte une histoire et porte la subjectivité de celle ou celui qui l’a réalisé et sa réception dépend de celle et ceux qui vont le voir”.

La période de « banalisation de l’homosexualité » des années 2000 répond d’une certaine manière à la question. Les lesbiennes y sont de plus en plus représentées dans leur complexité comme tout autre personnage. Les lesbiennes peuvent aussi être des criminelles ! Par ailleurs, ce qui est qualifié de « positif » par certain-e-s ne le sera pas pour d’autre.

Transgression des genres

La représentation des lesbiennes au cinéma semble avoir atteint une forme de maturité à l’aube du xxie siècle. La transgression des genres est ce qui gène chez les lesbiennes, plus que leur homosexualité elle-même.

C’est cette interrogation sur les genres qui sera probablement le sujet le plus transgressif et décrié de ces prochaines années, comme le montre la récente polémique autour de Tomboy (2011).

Visibilité lesbienne

Si un film est une œuvre d’art, on ne peut nier son impact sur l’imaginaire des spectateurs. La question n’est pas tant de donner une image positive ou négative que de sortir du prisme des fantasmes que les réalisateurs projettent sur ce qu’est ou non une lesbienne. Et il n’y a pas LA lesbienne comme il n’y a pas LA femme. Quoi de mieux pour déconstruire cela que les lesbiennes elles-mêmes prennent la caméra !

Au-delà de la visibilité lesbienne dans le cinéma, qu’en est-il de leur visibilité tout court ? Pour Amandine Miguel, porte-parole de l’Inter-LGBT :

“Le bilan du Printemps des Assoces est globalement positif car cette année, c’est l’Inter-LGBT qui a demandé qu’un atelier lesbien ait lieu. En plus, il y avait de nouvelles associations lesbiennes comme FièrEs ou Cineffable.” 

Noémi M.

Pour celles qui regrettent de n’être pas venues, Chrystèle Marie de Cineffable a annoncé que le même atelier aura lieu lors d’un prochain “Vendredi des femmes” du Centre LGBT Paris-Ile de France.

Pour toutes celles qui s’intéressent à ces problématiques, penchez-vous aussi sur la programmation de “7e genre” du cinéma Le Brady, dirigée par Anne Delabre : http://www.lebrady.fr/cine-club-7-genre/

Et bien sûr rendez-vous du 30 octobre au 2 novembre 2014 pour la 26e édition du Festival du film lesbien et féministe de Paris Cineffable : http://www.cineffable.fr/fr/edito.htm 

La Queer Week 2014 commence aujourd’hui !

Publié le Mis à jour le

Du 24 au 28 mars, le grand méchant gender envahit Sciences Po Paris. Pour sa cinquième édition, la semaine des genres et des sexualités aura pour thème « les plaisirs ». 

Ateliers, conférences, débats, projections : il y en aura pour tous les goûts. Cette année, le programme devrait particulièrement plaire aux lesbiennes et bisexuelles, avec entre autres :

–       un atelier organisé par FièrEs sur le thème : « Plaisirs et prévention, pour les femmes ayant des relations sexuelles avec d’autres femmes ». Les intervenantes seront FloZif, organisatrice de la soirée Playnight, et Coraline Delebarre, co-responsable de la brochure « Tomber la culotte ».

–       une conférence sur « Les lieux de plaisir lesbiens du début du xxe siècle à nos jours : de l’invisibilité lesbienne dans l’espace public »,

–       un atelier « massages et jeux de cordes » réservé aux femmes

Assez rare pour que cette initiative soit soulignée, Maud-Yeuse Thomas et Karine Espineira (co-fondatrices de l’Observatoire des transidentités et co-rédactrices de la Transyclopédie avec Arnaud Alessandrin) animeront un atelier sur « la réappropriation des corps trans par les trans elles/eux-mêmes ».

En bref, une programmation éclectique, un thème alléchant, alors cette semaine… faites-vous plaisir !

Programme complet : http://queerweek.com/

Image

Vanessa D.