égalité femmes hommes

8 mars 2016 : « Mais qu’est-ce qu’elles veulent encore ? »

Publié le Mis à jour le

arton195

En cette Journée Internationale pour les droits des femmes, si nous vous disions déjà ce que nous ne voulons pas ?

Nous ne voulons pas nous réjouir d’avoir un Ministère des Droits des Femmes rattaché à la famille et à l’enfance.

Nous ne voulons pas que les femmes soient une fois de plus reléguées à un rôle procréatif, ce rôle dans lequel le patriarcat essaie de les cantonner, ce rôle qu’il utilise pour asseoir sa domination.

Nous ne voulons pas que le corps des femmes soit contrôlé par qui que ce soit d’autre qu’elles-mêmes.

Nous ne voulons pas d’une société qui creuse les inégalités.

Nous ne voulons pas d’une réforme du Code du travail qui touchera les plus précaires de plein fouet : 82 % des temps partiels concernent des femmes*.

Nous ne voulons pas d’une société s’appuyant sur le travail gratuit des femmes qui, en France, rappelons-le, font toujours 80 % des tâches domestiques.

Nous ne voulons pas d’un système qui dresse les femmes dès l’enfance à se conformer à un modèle normatif qui les opprime et les dévalorise.

Nous ne voulons pas d’une société qui hiérarchise les sexualités et érige l’hétérosexualité en norme obligatoire.

Nous ne voulons pas de vos politiques patriarcales, capitalistes et racistes qui déshumanisent les migrant.e.s et les femmes réfugiées et les vulnérabilisent face à toutes les violences.

Nous ne voulons pas taire le fait que dans tous les milieux sociaux, dans toutes les rues, par tous types d’hommes, des femmes se font harceler, violer et agresser sexuellement.

Nous ne voulons pas que nos luttes et nos argumentaires soient récupérés à des fins racistes et classistes.

Nous ne voulons pas et ne continuerons pas à accepter d’être silenciées, niées dans nos expressions, dans nos luttes, dans nos identités et nos sexualités.

C’est pourquoi cette liste est non-exhaustive, comme la liste des luttes qui restent à mener à toutes les féministes qui refusent d’accepter cette société inégalitaire et dominée par les hommes. Les combats se mènent au quotidien, dans les sphères publique et privée, dans toutes les sociétés, à toutes les échelles. Nous voulons ce qui nous est dû et nous le prendrons : nos droits, notre émancipation !

*La nouvelle « Loi travail » prévoit la disparition du nombre d’heures plancher pour les contrats à temps partiel

 

Retrouvons-nous pour deux manifestations à Paris :

  • Dimanche 6 mars, 14h, à Belleville
  • Mardi 8 mars, 18h, à la Fontaine des Innocents – place Joachim du Bellay

 

Ainsi que lors de nombreux autres événements féministes organisés autour du 8 mars :

Festival féministe Paris 2016
Programme d’événements organisés dans tout Paris

 

 

[Communiqué de presse] ABCD supprimés : 0 pointé pour le gouvernement

Publié le Mis à jour le

FièrEs appelle au rassemblement de Sud Education aujourd’hui,  à 14h30, devant le Ministère de l’Education nationale, pour protester contre l’abandon du dispositif « ABCD de l’égalité ».

Ils ne seront pas généralisés, ont perdu leur substance, mais aussi leur nom : les ABCD de l’égalité ont bien été abandonnés car, de l’aveu de Benoît Hamon, « les parents posent beaucoup de questions ».

Ce dispositif éducatif visait à lutter contre la formation des inégalités filles/garçons dès le plus jeune âge, en agissant sur les représentations des élèves et les pratiques des acteurs de l’éducation. En son temps, même la droite par la voix de Jean-François Copé appelait à la mise en place d’un tel dispositif. Le gouvernement, et plus particulièrement le ministre de l’Education nationale, cherchaient depuis un moment à s’en débarrasser en catimini, sans vraiment faire l’annonce d’un abandon total, en trouvant une issue « honorable », discrète et hypocrite ; c’est chose faite.

Les passionaria « anti-égalité » ont une fois de plus fait ployer le gouvernement à grand renfort de désinformation, contre un dispositif qui visait à transmettre des valeurs d’égalité entre femmes et hommes et à lutter contre les stéréotypes de genre dès l’école. On aura tout dit sur ces « ABCD de l’égalité » : « dénaturation de l’école », « propagande LGBT », « fin de la civilisation »… De quoi ont-ils peur ? Que les enfants ouvrent les yeux sur le traitement inégalitaire et différencié qui leur est imposé dès la naissance ? Si seulement !

Faut-il adresser à ce gouvernement un ABCD de la détermination politique ? Un ABCD dans lequel il découvrirait avec stupeur qu’un programme électoral se respecte, que des craintes rétrogrades se combattent :

Abandonnées, toutes les promesses en faveur de l’égalité l’auront donc été (éducation contre les stéréotypes, programme contre les violences et discriminations commises en raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre*, ouverture de la PMA à toutes les femmes…).

Bataille pour l’égalité : associations, collectifs, individu-e-s, féministes, LGBT, militant-e-s contre les discriminations, ne lâcheront pas sur le terrain de l’égalité.

Courage politique, c’est décidément ce qui manque à ce gouvernement pour mener ses engagements à bien.

Défaite électorale, c’est ce qui se profile pour 2017 car l’électorat que ce gouvernement semble vouloir séduire avec ce genre de mesures n’est pas le leur…

ABCD-egalite-2_293800

 

* http://www.gouvernement.fr/gouvernement/homophobie-et-discriminations-a-raison-de-l-identite-de-genre-un-programme-d-actions-go