Année bisex’style : en mars, une balade à Bi’cyclette pour la visiBI’lité

Publié le

2016, année bissextile, est l’occasion pour l’association Bi’Cause et ses partenaires d’organiser de nombreux événements autour de la bisexualité. Prochaine étape : le samedi 19 mars 2016, une grande balade à Bi’Cyclette entre le Bois de Boulogne et le Bois de Vincennes mettra à l’honneur la visibilité bisexuelle.

Photo vintage veloLors d’une récente enquête*, près de 75% des répondant.e.s estiment que les bisexuel.le.s peuvent être discriminé.e.s en raison de leur orientation sexuelle.
En France, 10% des personnes bisexuelles ont fait une tentative de suicide contre 5% des hétérosexuel.le.s**. La biphobie, (attitudes ou manifestations de mépris, de rejet ou de haine envers des personnes bisexuelles) est à l’origine de cet écart alarmant. La biphobie a ceci de particulier qu’elle s’exerce dans les milieux gays et lesbiens comme dans le reste de la société.

La plupart des manifestations de biphobie s’appuient sur un certain nombre d’idées reçues.

« La bisexualité n’existe pas, elle n’est qu’une passade. »

« La bisexualité n’est qu’une mode. »

« Contrairement aux lesbiennes et aux gays, les bisexuel.le.s ne sont pas discriminé.e.s. »

« Les bisexuel.le.s sont forcément infidèles. »

« Les bisexuel.le.s sont toutes et tous des obsédé.e.s sexuel.le.s. »

« Les bisexuel.le.s sont incapables de choisir un camp. » 

Ces idées biphobes, largement répandues, contribuent à l’invisibilisation de la bisexualité. Pour ne citer qu’un exemple médiatique, combien d’entre nous savent que Freddy Mercury était bisexuel ? Or, l’invisibilisation des bisexuel.le.s par une société qui nie l’existence-même de leur orientation sexuelle renforce les discriminations dont elles et ils sont victimes. La visibilité est un outil politique dont nous devons nous emparer pour affirmer notre existence et la nécessité de lutter contre l’oppression spécifique dont nous sommes victimes.

C’est pourquoi nous vous donnons rendez-vous samedi 19 mars 2016, à 14h30 au Pavillon Dauphine,  pour le départ d’une balade à Bi’Cyclette, conviviale et militante. L’arrivée est prévue vers 17h au Parc Floral du Bois de Vincennes où sera installé un point de prévention sexuelle tenu par les associations AIDES, Centre LGBT de Paris Ile-de-France et FièrEs.

Vous y serez toutes et tous Bi’envenu.e.s !

Signataires : Aides, Bi’Cause, Centre LGBT de Paris Ile-de-France  FièrEs, Le MAG Jeunes LGBT .

Événement Facebook : https://www.facebook.com/events/1576064142719076/
___________
*Première Enquête nationale sur la bisexualité (Act Up-Paris, Bi’Cause et le MAG Jeunes LGBT, SOS homophobie) publiée en 2015 : www.sos-homophobie.org/enquete-nationale-sur-la-bisexualite

**BECK et Al., « Tentatives de suicide et pensées suicidaires en France en 2010 », in BEH n°47-48, 2011

 

8 mars 2016 : « Mais qu’est-ce qu’elles veulent encore ? »

Publié le Mis à jour le

arton195

En cette Journée Internationale pour les droits des femmes, si nous vous disions déjà ce que nous ne voulons pas ?

Nous ne voulons pas nous réjouir d’avoir un Ministère des Droits des Femmes rattaché à la famille et à l’enfance.

Nous ne voulons pas que les femmes soient une fois de plus reléguées à un rôle procréatif, ce rôle dans lequel le patriarcat essaie de les cantonner, ce rôle qu’il utilise pour asseoir sa domination.

Nous ne voulons pas que le corps des femmes soit contrôlé par qui que ce soit d’autre qu’elles-mêmes.

Nous ne voulons pas d’une société qui creuse les inégalités.

Nous ne voulons pas d’une réforme du Code du travail qui touchera les plus précaires de plein fouet : 82 % des temps partiels concernent des femmes*.

Nous ne voulons pas d’une société s’appuyant sur le travail gratuit des femmes qui, en France, rappelons-le, font toujours 80 % des tâches domestiques.

Nous ne voulons pas d’un système qui dresse les femmes dès l’enfance à se conformer à un modèle normatif qui les opprime et les dévalorise.

Nous ne voulons pas d’une société qui hiérarchise les sexualités et érige l’hétérosexualité en norme obligatoire.

Nous ne voulons pas de vos politiques patriarcales, capitalistes et racistes qui déshumanisent les migrant.e.s et les femmes réfugiées et les vulnérabilisent face à toutes les violences.

Nous ne voulons pas taire le fait que dans tous les milieux sociaux, dans toutes les rues, par tous types d’hommes, des femmes se font harceler, violer et agresser sexuellement.

Nous ne voulons pas que nos luttes et nos argumentaires soient récupérés à des fins racistes et classistes.

Nous ne voulons pas et ne continuerons pas à accepter d’être silenciées, niées dans nos expressions, dans nos luttes, dans nos identités et nos sexualités.

C’est pourquoi cette liste est non-exhaustive, comme la liste des luttes qui restent à mener à toutes les féministes qui refusent d’accepter cette société inégalitaire et dominée par les hommes. Les combats se mènent au quotidien, dans les sphères publique et privée, dans toutes les sociétés, à toutes les échelles. Nous voulons ce qui nous est dû et nous le prendrons : nos droits, notre émancipation !

*La nouvelle « Loi travail » prévoit la disparition du nombre d’heures plancher pour les contrats à temps partiel

 

Retrouvons-nous pour deux manifestations à Paris :

  • Dimanche 6 mars, 14h, à Belleville
  • Mardi 8 mars, 18h, à la Fontaine des Innocents – place Joachim du Bellay

 

Ainsi que lors de nombreux autres événements féministes organisés autour du 8 mars :

Festival féministe Paris 2016
Programme d’événements organisés dans tout Paris

 

 

Enquête de l’Ined sur les modes de vie LGBT : une enquête bienvenue mais perfectible

Publié le Mis à jour le

L’Institut national d’études démographiques (Ined) a lancé une enquête sur les modes de vie, la santé et les situations d’insécurité des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et trans’ (LGBT). Cette enquête s’appuie sur un questionnaire en ligne, accessible jusqu’à fin mars 2016, sur un site dédié : http://www.ined-lgbt.fr

ined visuel

Elle a pour objectif de mieux connaître les expériences ordinaires des LGBT, la variété de leurs vies, les difficultés auxquelles elles/ils font face.

Lors de sa sortie en novembre, cette enquête a suscité de nombreuses critiques et réactions négatives. Les militantEs de FièrEs, comme d’autres, ont été surprisEs de découvrir certaines des formulations et directions choisies. Ayant contacté l’équipe de recherche de l’Ined afin de corriger ces manquements et d’améliorer la qualité et la précision de l’enquête, nous avons pris la décision de ne pas retirer notre partenariat.

En effet, même si celle-ci est encore très perfectible, nous voulons souligner la nécessité d’une telle enquête et en soutenir la démarche. Nous estimons que cette enquête quantitative couplée à une méthodologie qualitative ouvre un dialogue et peut faire bouger les lignes sur les catégories prises en compte dans le monde de la recherche. Elle participe à la visibilisation de catégories minorisées. Nous espérons que la base de données sera libre d’accès afin que les chercheuses.eurs et les militant.e.s puissent s’en saisir et ainsi produire de nouveaux éléments de connaissance. Nos communautés en ont désespérément besoin afin d’en faire des outils d’empowerment et des moyens d’actions… l’un des freins aux actions d’envergure, dans le domaine de la santé par exemple, étant le manque de données et d’informations fiables.

Toutefois, cette enquête pêche à inclure les personnes non-binaires, trans’ et intersexes, reconduisant ainsi les violences et l’invisibilisation subies. Les réponses proposées sont souvent trop limitatives et ne nous représentent pas suffisamment. De l’aveu des responsables de l’enquête :

« Faire une enquête statistique, c’est tenter de saisir les contours d’une population, et laisser de côté les singularités : essayer de faire un état des lieux qui permet d’avoir une image, même grossière, et qui permet les comparaisons avec d’autres populations. Répondre à un questionnaire statistique, c’est donc nécessairement « rentrer dans des cases » : pas pour en affirmer la légitimité, mais justement pour montrer leur poids social, ou leur limite et peut-être, finalement, pouvoir s’en défaire. »

Lors de notre rendez-vous de travail de décembre, les responsables nous ont assuréEs que les questions sur l’état civil du ou de la répondant.e, qui ont pu heurter, permettraient de mettre en lumière les discriminations spécifiques aux personnes ayant, à un moment de leur vie, un état civil non conforme à leur genre. De même, le champ de texte permettant de spécifier librement son genre pourra surligner que la binarité de genre n’est pas une évidence pour tout le monde.

Les critiques que l’on peut encore adresser à l’enquête de l’Ined sont nombreuses :

  • l’impossibilité de déclarer avoir deux pères ou deux mères ;

  • la formulation plus que douteuse de la question SE3F sur LA « féminité » ou LA « masculinité » – des guillemets n’auraient pas été de trop ;

  • l’impossibilité pour les personnes ayant plusieurs nationalités de le spécifier ;

  • la mise sur le même niveau d’un rapport sexuel et d’une agression sexuelle (question SE8c) ;

  • l’aspect binaire de nombreuses questions/réponses pose toujours problème, malgré les corrections effectuées en ce sens fin décembre et auxquelles nous avions contribué.

A ce sujet, nous vous renvoyons aux explications données par Christelle Hamel, Tania Lejbowicz et Mathieu Trachman lors d’un entretien accordé à Yagg : http://yagg.com/2016/01/04/enquete-de-lined-sur-les-modes-de-vie-des-lgbt-est-il-possible-de-faire-rentrer-tout-le-monde-dans-des-cases/

 

Le communiqué de presse de l’enquête précise la visée et la marche à suivre :

« Le questionnaire en ligne est composé de plusieurs volets – le profil sociodémographique (âge expériences conjugales et sexuelles, parcours scolaire et professionnel), l’état de santé, les espaces de vie (études, travail, couple, famille) et les expériences au cours de la vie – et nécessite une quarantaine de minutes avec la possibilité de le remplir en plusieurs fois grâce à un mot de passe.

Les résultats de cette enquête permettront de mieux comprendre le mode de vie des LGBT, d’éclairer sur les évolutions de leur santé et leurs difficultés face aux différentes formes d’insécurité, notamment celles liées à la LGBTphobie. Les premiers résultats statistiques seront rendus publics en 2017. »

Pour répondre à l’enquête, c’est ici : http://www.ined-lgbt.fr

1er décembre : Journée mondiale de lutte contre le sida

Publié le Mis à jour le

Le 1er décembre 2015, à l’occasion de la 27e Journée mondiale de lutte contre le sida, FièrEs tient à dénoncer les inégalités de traitement flagrantes qui vulnérabilisent particulièrement les femmes face au VIH. Des mesures préventives doivent être prises, à tous les niveaux (recherche pharmaceutique, campagnes médiatiques, prise en charge médicale) et adaptées aux spécificités des populations concernées.

Les femmes, les hommes trans’ et autres personnes AFAB (Assigned Female At Birth = personnes assignées « femmes » à la naissance) sont une population particulièrement exposée au VIH car, comme l’anus, la muqueuse vaginale est une zone largement exposée aux infections. Les traitements pharmaceutiques ainsi que leurs dosages ont été élaborés pour des corps d’AMAB (Assigned Male At Birth = personnes assignées « hommes » à la naissance), et sont donc inadaptés et peuvent être difficiles à supporter pour les AFAB.

De manière générale, la sexualité des femmes demeurant un tabou majeur, elles n’ont que difficilement accès à l’information et à l’action préventive. A l’heure actuelle en France, 18% des nouvelles infections concernent des personnes de plus de 50 ans*, en partie parce qu’elles ont, pendant des années, échappé aux campagnes préventives. Le manque flagrant de prévention se fait également sentir auprès des FSF (femmes cis ou trans ayant des relations sexuelles entre elles), notamment concernant les risques de co-infection par les virus VIH et HPV. La sexualité entre femmes étant invisibilisée, la prévention qui devrait l’accompagner est depuis toujours négligée, laissant des idées reçues régir les sexualités de nombreuses personnes concernées. Par ailleurs, cette invisibilisation touche très fortement les FtM (hommes trans) et les personnes non-binaires, qui se trouvent ainsi également exposéEs au VIH.

Le système hétéropatriarcal qui organise un contrôle de la sexualité des femmes, perçue comme taboue et qui répand la culture du viol en niant leur consentement concernant les pratiques sexuelles et les conditions de ces pratiques, comme le port du préservatif, renforce leurs difficultés d’accès à l’information, à l’action préventive et les met en danger. Par ailleurs, les campagnes et autres mesures de lutte contre les violences faites aux personnes séropositives ne prennent pas en compte les spécificités des discriminations dirigées contre les femmes.

Rappelons-le, les femmes sont généralement plus précarisées. Nous pensons notamment aux femmes exilées, qui sont particulièrement vulnérables (difficulté d’accès aux soins, d’accès à l’information, de maîtrise de leur sexualité, etc.). L’étude de l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales (ANRS) « Parcours de vie, VIH et hépatite B chez les migrants sub-Sahariens vivant en Ile-de-France »* montre pour la première fois que 30 % des femmes migrantes sont contaminées par le VIH après leur arrivée en France. Pour Annabel Desgrees du Loup, chercheuse qui a coordonné l’étude, ce chiffre s’explique par les situations de précarité (sans papiers ou sans logement) vécues par les femmes exilées.

⇒ Il est donc impératif de mettre en place des mesures préventives à destination des femmes cisgenres ou trans, des hommes trans et autres personnes AFAB, de tous âges, de toutes conditions sociales et de tous horizons, en prenant en compte les spécificités des identités et des pratiques de chaque population.

Nous exigeons, pour ces publics concernés et délaissés des campagnes préventives :

– une recherche et développement des traitements pharmaceutiques qui prenne en compte la spécificité de ces corps.

– des campagnes médiatiques adaptées aux discriminations spécifiques qu’elleux subissent.
– un accueil et une réelle prise en charge médicale ainsi qu’un accès aux soins facilité pour touTEs les personnes concernées, notamment celles en situation de précarité.

Quelques brochures : 

– « Tomber la culotte », éditée par Le Kiosque Infos Sida et Sida Info Service (http://www.planning-familial.org/sites/internet/files/fsf_brochure_210911_bassedef.pdf)

– « Femmes et IST », éditée par Le Kiosque Infos Sida (http://www.lekiosque.org/le-kiosque/item/97-femmes-et-ist)

– « Petit manuel des IST entre femmes », éditée par SOS Homophobie (http://www.sos-homophobie.org/sites/default/files/brochure_ist_entre_femmes.pdf).

 

*http://www.invs.sante.fr/beh/2014/9-10/2014_9-10_1.html
* Parcours de vie, VIH et hépatite B chez les migrants sub-Sahariens vivant en Ile-de-France, ANRS, paru le 1er décembre 2015. ANRS PARCOURS est une enquête réalisée entre février 2012 et mai 2013 auprès de migrants venant d’Afrique subsaharienne, afin de déterminer leurs besoins de santé et d’améliorer les stratégies de prévention, de dépistage et de prise en charge de l’infection par le VIH et l’hépatite B. Conduite en Ile-de-France, région accueillant le plus grand nombre de migrants d’Afrique subsaharienne, au sein de 74 services de santé, dont 24 services hospitaliers de suivi du VIH, ANRS PARCOURS a été réalisée en collaboration entre des équipes de l’IRD, de l’Inserm et de l’INPES, ainsi qu’avec le soutien d’associations de migrants et de malades.
http://www.eurosurveillance.org/ViewArticle.aspx?ArticleId=21311

 

25/11 : Journée de lutte contre les violences faites aux femmes

Publié le Mis à jour le

Violences matérielles et violences symboliques

 

  • Dans le monde, une femme sur trois est victime de violence physique ou sexuelle au cours de sa vie ;
  • Jusqu’à 70% de femmes sont victimes de violences dans certains pays*

… Ces chiffres sont accablants, n’est-ce pas ? Malheureusement, il est fort probable que ceux-ci minimisent également un grand nombre de réalités, compte tenu des violences subies et non signalées, ainsi que des formes multiples et souvent insidieuses que revêtent les violences patriarcales et le sexisme.

Dites « violences faites aux femmes », vous entendrez immédiatement violence matérielle, physique et psychologique, omniprésente à travers le monde sous la forme d’infanticides à la naissance, de mutilations génitales, de mariages forcés, de trafics d’êtres humains, de viols, d’agressions sexuelles, de violences conjugales, d’insultes, de harcèlement, de discriminations, et de tous autres types d’assauts.

Autant de manifestations matérielles d’une violence symbolique généralisée, institutionnelle, qui légitime une grande partie des rapports de pouvoir : celle sur laquelle repose l’édifice hétéropatriarcal. Parmi ses moyens de répression principaux, on compte le cissexisme et l’hétéronormativité, qui sont à l’origine des LGBTI-phobies et des autres discriminations visant à invisibiliser et à précariser les minorités sociales. Dans cette longue liste, l’on retrouve : les injonctions à la non-libre disposition de son corps – avec la culpabilisation de l’acte d’IVG, la restriction de la PMA et l’encadrement abusif du changement d’état civil pour les personnes trans -, les stéréotypes genrés qui tissent nos relations sociales dès l’enfance ou l’éternel plafond de verre dans le monde du travail pour les femmes…

En l’occurrence, constatant la traditionnelle procrastination gouvernementale en situation de crise humanitaire, on pense tout particulièrement au cas des femmes exilées, pour lesquelles il est urgent de mettre en place des plans d’action solidaire, et ce, à l’échelle nationale.

C’est parce que la lutte pour les droits des femmes est indissociable de la lutte pour les droits des autres minorités que FièrEs, association militante féministe portée par des lesbiennes, des bies, des trans, appelle à la mobilisation de touTEs, sous toutes les formes possibles. Car l’état d’urgence, ce n’est pas seulement celui dans lequel l’Etat veut nous enfermer. C’est aussi l’état dans lequel sont les femmes, partout et toujours, sans que l’on veuille les écouter ni les voir.

* Selon l’ONU Femmes, novembre 2015
http://www.unwomen.org/fr/digital-library/multimedia/2015/11/infographic-violence-against-women

Soirée santé, plaisirs & prévention

Publié le Mis à jour le

Tu as une vulve, ou tu couches avec des genTEs qui ont une vulve (et tu n’es pas un homme cis !), ou les deux ? Bingo, cette soirée le 4 décembre 2015 est faite pour toi !

Pour voir l’événement Facebook c’est par ici

micro4_fb_event

Une soirée rien que pour toi, pour nous, pour parler de plaisirs, de bien-être, de prévention, de santé,
– pour poser toutes les questions que tu n’oses jamais poser,
– pour avoir à dispo toutes les brochures que tu ne trouves plus nulle part parce qu’elles sont épuisées ou carrément pas diffusées,
– pour rencontrer les assos et les militanTEs de diverses orgas qui travaillent tous les jours sur la question de la santé des publics délaissés par les grandes campagnes de prévention,
– pour te faire dépister grâce au dépistage VIH rapide organisé par AIDES, quelles que soient ta sexualité, tes pratiques ou ton identité,
– pour assister à des performances trop cool,
– pour accéder à du matériel « safe sex » rien que pour toi,
– et pour danser, bien sûr !

Au programme :
1/ De 17h30 à 19h30, « Des INFOS pour quand je PECHO » : viens poser tes questions sur les risques et les pratiques avec des militantEs et des pros, sur 4 tables thématiques : Sexplorer / Avant d’aller plus loin : rencontre, drague et pratiques à risque / Baiser(s) / BDSM

2/ Dépistage rapide (TROD) du VIH tout au long de la soirée dans la bibliothèque de La Mutinerie

3/ Performances sur scène :
– Louise De Ville (Betty Speaks about… Les sécrétions vaginales)
– performance safe sex par Ludmillya Evanochka

4/ Stands associatifs & brochures

… et d’autres surprises !

micro4_carre1

En collaboration avec Coraline Delebarre (CRIPS) que nous remercions chaleureusement pour la formation des équipes et sa présence tout au long de la soirée

Soirée organisée par Fières et Aides Paris12
hébergée par La Mutinerie toujours aussi partante pour l’organisation de soirées militantes

 

 

Action participative Culotte Gate : « N’entachez pas nos culottes ! »

Publié le Mis à jour le

Le lundi 2 novembre 2015, à l’initiative du collectif « Culotte Gate » soutenu par FièrEs, plus d’une centaine de culottes tachées de rouge ont été envoyées au Président de la République François Hollande, au Premier Ministre Manuel Valls, à la Ministre de la Santé Marisol Touraine, à la Secrétaire d’État chargée des droits des femmes Pascale Boistard, au Secrétaire d’État au Budget Christian Eckert, ainsi qu’à de très nombreu.x.ses député.e.s.

Ces culottes étaient accompagnées de la lettre ci-dessous. Nous invitons tou-te-s celles et ceux qui souhaitent protester contre la décision de l’Assemblée Nationale de maintenir la TVA à 20% sur les protections hygiéniques à envoyer à leur tour des culottes usagées tachées de peinture rouge à leur député.e.

FotorCreated

N’entachez pas nos culottes !

Pour que les protections hygiéniques soient reconnues comme produits de première nécessité, 

Faudrait-il que la moitié des travailleur.e.s ne viennent plus exercer leur activité professionnelle plusieurs jours par mois ?

Parce que dans une vie, les protections hygiéniques représentent un budget de 1500 euros,

Parce qu’aujourd’hui en France, une canette de soda est considérée comme un produit de première nécessité et un tampon comme un produit de luxe,

Parce que c’est un produit de première nécessité pour tout.e.s et encore plus pour les personnes vivant dans la rue, pour le maintien de la dignité la plus élémentaire, 

Parce que ce n’est à personne, et certainement pas à des hommes cis de nous expliquer comment vivre nos règles et fixer leur coût, 

Nous vous demandons de baisser la TVA sur les protections hygiéniques afin de permettre à toutes les personnes en France dotées d’un utérus de pouvoir vivre leurs menstruations sereinement et sans tabou.

Alors n’entachez pas nos culottes par une décision sexiste et insensée.

Les protections hygiéniques sont un besoin pour toutes les personnes ayant leurs règles.

Ce diaporama nécessite JavaScript.