Mois: avril 2014

Egaux mais pas trop : premier anniversaire de la loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe

Publié le Mis à jour le

Il y a un an, le 23 avril 2013, l’Assemblée nationale a voté l’adoption du projet de loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe. Cette loi a marqué un pas en avant important mais elle n’est qu’une étape sur le chemin des avancées des droits pour les lesbiennes, gays, bisexuel-le-s et trans (LGBT), en aucun cas la ligne d’arrivée.

L’année 2013 fut pour les militants de l’égalité une année intense, tant dans les succès que dans les difficultés : des manifestations de grande ampleur, des rassemblements fédérateurs, des actions mobilisatrices… mais aussi des insultes, des débats blessants – tant dans l’espace public qu’avec nos proches – des agressions, des slogans violents, nous attaquant nous, nos corps, nos couples, nos familles, nos vies.

En 2013, nous, lesbiennes, gays, bisexuel-le-s et trans avons été la cible de la haine et de l’intolérance des réactionnaires et conservateurs, des homophobes, transphobes et sexistes de tous bords, de gauche comme de droite.

Cette loi représente certes une avancée sociétale importante, mais elle est loin d’avoir révolutionné nos vies. Ce premier anniversaire a le goût amer des renoncements. La procréation médicalement assistée (PMA) n’est toujours pas ouverte à toutes les femmes ; la filiation n’est pas refondée et nos familles sont encore dans des situations juridiques absurdes et dangereuses ; la loi  » famille  » a été abandonnée ; les droits des trans n’ont toujours pas évolué ; la proposition de loi relative à l’autorité parentale et à l’intérêt de l’enfant, présentée ce 1er avril, fait la part belle aux revendications des masculinistes. Quand Manuel Valls et la secrétaire d’État chargée de la famille, Laurence Rossignol, prônent  » l’apaisement  » en direction de la  » Manif Pour Tous « , nous n’y voyons rien de moins qu’une dérobade de plus du gouvernement face à ceux que l’on peut tenir pour responsables du climat de haine qui a empoisonné notre société cette dernière année. Alors qu’est dit  » apaisement « , nous entendons plutôt « humiliation » : les lesbiennes, les gays, les bisexuel-le-s, les trans sont tenu-e-s de se contenter de la carotte qu’on leur a donnée l’année dernière et ne pas trop en demander.

Égaux, mais pas trop.

En 2014, nous continuons à nous battre pour rappeler que nous sommes loin de l’égalité tant prônée par le Président de la République lors de son élection. En 2014, FièrEs reste plus que jamais mobilisée.

Image

 

Publicités

Vendredi 25/04 : visite de l’exposition de Barbi(e)turix

Publié le Mis à jour le

Vendredi, Polychrome – Edl & FièrEs s’associent pour vous faire découvrir l’exposition consacrée aux 10 ans du collectif lesbien Barbi(e)turix. Rag, membre active de BBX, DJ résidente des soirées Wet for me, nous présentera l’exposition et ensuite, nous prendrons un verre !

Image

Barbi(e)turix, 10 ans d’activisme culturel et festif.

À mi-chemin entre la scène gay et le milieu féministe, la culture lesbienne s’est trop longtemps agitée en secret. Minorité dans la minorité, elle s’est construite en marge mais compose aujourd’hui un véritable réseau d’artistes de plus en plus influentes.

Depuis sa création, le collectif Barbi(e)turix se bat pour donner aux lesbiennes l’opportunité de s’exprimer sans complexes grâce à ses soirées, ses fanzines ou son site. Toutes s’activent pour questionner nos représentations et faire vivre une communauté avide de découverte et de changement. 

S’appuyant sur dix ans d’activisme artistique, BBX propose une exposition qui mettra en lumière les artistes qui ont participé à la vie du collectif. Ces dernières présenteront leurs travaux ainsi que plusieurs œuvres originales. Affiches, flyers, illustrations, mais aussi photos et vidéos dérouleront le film d’un collectif lesbien insoumis et inventif.

Cette exposition propose les œuvres de (par ordre alphabétique) : Elsa Barbillon, illustratrice ; Féline Barre, illustratrice ; Sarah Bastin, photographe ; Vaïnuï de Castelbajac, illustratrice/graphiste; Rié Hirai, graphiste ; Emilie Jouvet, réalisatrice/photographe ; Denyse Juncutt, vidéaste/photographe ; Fanny Katz, illustratrice ; Bethany Makes Poetry, illustratrice ; Chill Okubo, photographe ; Hervé Photograff, photographe ; Marie Rouge, photographe ; Silya de Senz, réalisatrice/comédienne ; Phoene Somsavath, illustratrice ; Clémence Thune, illustratrice ; Flavie Trichet Lespagnol, photographe ; Alessandra d’Urso, photographe. Avec la participation exceptionnelle de Maripol.

Point Éphémère , 200 quai de Valmy, 75010 Paris.
Entrée libre !

Événement facebook : https://www.facebook.com/events/749644355075238/

Ciné et visibilité lesbienne au Printemps des assoces

Publié le

Dimanche après-midi au Printemps des Assoces, l’association Cineffable animait un atelier sur la visibilité lesbienne dans l’histoire du cinéma. Compte-rendu.

A l’espace des Blancs-Manteaux, dimanche à 14h, la salle était pleine. Une trentaine de têtes alignées attendaient le début de l’unique atelier lesbien du Printemps des Assoces : “La représentation des lesbiennes dans le cinéma”.

Cineffable, organisatrice du festival annuel de films lesbiens et féministes de Paris, proposait cette rencontre. C’est à Anne Delabre que l’association a fait appel pour l’animer. Cette journaliste de formation a co-rédigé Le Cinéma français et l’homosexualité avec Didier Roth-Bettoni. Elle dirige également le ciné-club « 7e genre » qui décrypte les représentations LGBT au cinéma. Œil vert et regard enjoué, se définissant comme “cinéphile” et “autodidacte”, Anne Delabre a su proposer un panorama clair et concis sur la place des lesbiennes dans le cinéma. Pour elle, “le cinéma a un passé, l’histoire ne s’est pas faite en 5 ans !”. D’où l’importance d’englober tout le xxe siècle, sans exclure les films muets ou en noir et blanc.

Image

Censure et sous-entendus

Ça commence mal en 1920, lorsque L’Homme du large et sa première lesbienne du cinéma français est censuré pour outrages aux mœurs. Le personnage est doublement sulfureux pour l’époque: homosexuelle et patronne de cabaret. Dans l’entre-deux-guerres cinématographique, les lesbiennes évoluent dans des lieux fermés (prison, pension de jeunes filles). L’homosexualité est présentée comme un non-choix car découlant de la promiscuité féminine et de l’absence d’hommes.

Les années 1940 et 1950 font place à des adaptations de romans. La littérature sert alors de caution à des films qui sans cela auraient pu être censurés. Quai des Orfèvres (1947) en est un bon exemple: rien n’est clairement exprimé, mais de nombreux sous-entendus font comprendre qu’une des héroïnes du film, photographe, est homosexuelle. Regards langoureux pour les femmes, photographies de nus féminins, sacrifice final pour celle qu’elle aime… Anne Delabre précise que lors de sa sortie, peu de gens ont vu l’homosexualité du personnage. Ce sont nos yeux dessillés de 2014 qui comprennent le message subliminal.

Image

Lesbienne prédatrice, lesbienne malheureuse

Vampires lesbiens, dangereuses prédatrices, érotisme et fantastique… Révolution des mœurs oblige, dans les années 60 puis 70, des films transgressifs et non moralisateurs sont présentés au public.

Dans les années 80 apparaissent des films plus édulcorés ainsi qu’un certain nombre de films crypto-lesbiens.

Une particularité subsiste: la lesbienne de film est dépressive souvent, criminelle parfois, malheureuse tout le temps. La comédie est réservée aux gays. On se moque d’eux, ils font rire, tandis que les lesbiennes font peur.

Les années 90 changent la donne. Pourquoi pas Moi (1998) mais surtout Gazon Maudit (1994) font rire le grand public. Cette période voit également la multiplication de films sur la découverte de la sexualité et le coming-out.

Banalisation de l’homosexualité

Dans les années 2000, de plus en plus de personnages lesbiens sont intégrés à des scénarios. C’est ce qu’Anne Delabre appelle « la période de banalisation ». Dans des films tels que Oublier Cheyenne (2004), La Naissance des pieuvres (2007), l’homosexualité est une des composantes des personnages mais n’est pas au centre de l’histoire.Mais ce n’est sûrement pas un hasard si l’on doit ces films à des réalisatrices engagées !

Une image « positive » des lesbiennes ?

Anne Delabre soulève une question récurrente : le cinéma doit-il donner une image « positive » des lesbiennes ? Gazon maudit a été encensé autant que décrié puisque donnant une image caricaturale des lesbiennes. La Vie d’Adèle a autant été haï qu’adoré. Anne Delabre balaye ces polémiques :

“Un film est une œuvre d’art avant tout, il n’est pas un tract politique, il raconte une histoire et porte la subjectivité de celle ou celui qui l’a réalisé et sa réception dépend de celle et ceux qui vont le voir”.

La période de « banalisation de l’homosexualité » des années 2000 répond d’une certaine manière à la question. Les lesbiennes y sont de plus en plus représentées dans leur complexité comme tout autre personnage. Les lesbiennes peuvent aussi être des criminelles ! Par ailleurs, ce qui est qualifié de « positif » par certain-e-s ne le sera pas pour d’autre.

Transgression des genres

La représentation des lesbiennes au cinéma semble avoir atteint une forme de maturité à l’aube du xxie siècle. La transgression des genres est ce qui gène chez les lesbiennes, plus que leur homosexualité elle-même.

C’est cette interrogation sur les genres qui sera probablement le sujet le plus transgressif et décrié de ces prochaines années, comme le montre la récente polémique autour de Tomboy (2011).

Visibilité lesbienne

Si un film est une œuvre d’art, on ne peut nier son impact sur l’imaginaire des spectateurs. La question n’est pas tant de donner une image positive ou négative que de sortir du prisme des fantasmes que les réalisateurs projettent sur ce qu’est ou non une lesbienne. Et il n’y a pas LA lesbienne comme il n’y a pas LA femme. Quoi de mieux pour déconstruire cela que les lesbiennes elles-mêmes prennent la caméra !

Au-delà de la visibilité lesbienne dans le cinéma, qu’en est-il de leur visibilité tout court ? Pour Amandine Miguel, porte-parole de l’Inter-LGBT :

“Le bilan du Printemps des Assoces est globalement positif car cette année, c’est l’Inter-LGBT qui a demandé qu’un atelier lesbien ait lieu. En plus, il y avait de nouvelles associations lesbiennes comme FièrEs ou Cineffable.” 

Noémi M.

Pour celles qui regrettent de n’être pas venues, Chrystèle Marie de Cineffable a annoncé que le même atelier aura lieu lors d’un prochain “Vendredi des femmes” du Centre LGBT Paris-Ile de France.

Pour toutes celles qui s’intéressent à ces problématiques, penchez-vous aussi sur la programmation de “7e genre” du cinéma Le Brady, dirigée par Anne Delabre : http://www.lebrady.fr/cine-club-7-genre/

Et bien sûr rendez-vous du 30 octobre au 2 novembre 2014 pour la 26e édition du Festival du film lesbien et féministe de Paris Cineffable : http://www.cineffable.fr/fr/edito.htm