Mois: février 2014

Comme Bébé, on ne laisse pas l’égalité dans un coin !

Vidéo Publié le Mis à jour le

Découvrez la 4ème vidéo de la série de FièrEs, aussi frustrante que le gouvernement.

FièrEs envoie de bons baisers de Barcelone au gouvernement !

Publié le Mis à jour le

FièrEs a envoyé de Barcelone des cartes postales à François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Dominique Bertinotti et Najat Vallaud-Belkacem :

« Bons Baisers de Barcelone. Ce voyage, c’est un peu à vous que je le dois, contrairement à ma PMA ».

Nous rappelons ainsi, avec une certaine ironie, que le recul du gouvernement sur l’ouverture de la Procréation Médicalement Assistée à toutes les femmes a des conséquences directes sur le quotidien de milliers de femmes.

PMA_Barcelone20FH PMA_Barcelone13 PMA_Barcelone04 PMA_Barcelone30PMA_Barcelone14Naj

PMA_Barcelone22

Alice et Dana finiront-elles par coucher ensemble ?

Vidéo Publié le Mis à jour le

Découvrez la troisième vidéo de série de FièrEs aussi frustrante que le gouvernement !

Le bouffera-t-elle ?

Vidéo Publié le Mis à jour le

Découvrez la deuxième vidéo de la série de FièrEs, aussi frustrante que le gouvernement !

Comme Neo, François Hollande fera t-il le bon choix ?

Vidéo Publié le Mis à jour le

Découvrez la première vidéo de la série FièrEs aussi frustrante que le gouvernement !

[Tribune] Le CCNE : alibi du gouvernement pour enterrer la PMA

Lien Publié le Mis à jour le

Le CCNE : alibi du gouvernement pour enterrer la PMA

Dans une tribune publiée dans Libération, FièrEs dénonce le rôle que le gouvernement veut faire jouer au Comité consultatif national d’éthique dans l’ouverture de la PMA à toutes les femmes.

Loi « familles » : Jean-Marc Ayrault n’entend pas les lesbiennes mais cède aux masculinistes !

Publié le

Loi « familles » : Jean-Marc Ayrault n’entend pas les lesbiennes mais cède aux masculinistes !

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault déclarait ce matin que le gouvernement serait prêt à « examiner sans tarder » certains aspects du futur projet de loi « familles » car « les textes actuels ne règlent pas tout ». Cette annonce, qui en premier lieu aurait pu s’avérer une prise de conscience positive, s’avère être en réalité un nouvel affront fait aux femmes et aux familles homoparentales.

C’est avec stupeur et inquiétude que nous avons entendu le Premier ministre exprimer un sentiment tout particulier de « malaise » concernant « les hommes qui montent dans les grues », qui plus est dans un contexte de montée des réactionnaires.

Doit-on expressément demander à la ministre des Droits des Femmes, Najat Vallaud-Belkacem, de rappeler au Premier ministre que ces hommes font partie de groupements de masculinistes caractérisés par leur haine, leur sexisme, leur LGBT-phobie ? Doit-on demander à la ministre, qui hier encore dénonçait les violences conjugales sur une chaîne nationale publique, de lui expliquer que si ces hommes sont coupés de leurs enfants c’est parce qu’ils ont été et sont encore violents vis-à-vis de leur ex-conjointe et de leurs enfants, et qu’ils représentent donc un danger pour leur entourage ?

FièrEs dénonce vigoureusement le manque évident de rigueur avec lequel le Premier ministre aborde ce sujet complexe et délicat, contribuant ainsi à perpétuer les amalgames qui font le jeu des masculinistes. Nous invitons vivement M. Ayrault à suivre, de beaucoup plus près, le plan de lutte contre les violences faites aux femmes mené par son gouvernement. Il n’est plus acceptable que de tels dérapages puissent venir d’un représentant du gouvernement qui se targue de faire des droits des femmes et de l’égalité femme-homme une priorité.

En faisant le jeu des masculinistes, Jean-Marc Ayrault continue sur la lancée des reculades de ce week-end. Quel est donc ce gouvernement qui préfère écouter une minorité de réactionnaires plutôt que d’aller au bout des réformes progressistes qui faisaient partie de son programme ?

FièrEs rappelle qu’il existe bien des urgences en matière de familles auxquelles la loi française ne répond pas du tout aujourd’hui : l’ouverture de la Procréation Médicalement Assistée à toutes les femmes tout comme les situations des familles homoparentales qui ne veulent ou ne peuvent pas se marier et n’ont donc pas accès à l’adoption intrafamiliale. Sans mariage, il est impossible pour le parent social d’établir un lien de filiation légal avec son enfant. En retardant son projet de loi, le gouvernement laisse donc ces familles dans la plus grande insécurité, et renonce à une égalité des droits qui ne peut plus attendre.

FièrEs invite le gouvernement à reprendre ses esprits et à retrouver au plus vite le sens des priorités quant aux urgences qui mettent en péril les familles.

PMA en offrande à la « Manif pour tous » : le mauvais calcul du gouvernement

Publié le Mis à jour le

PMA en offrande à la « Manif pour tous » :
le mauvais calcul du gouvernement

Lundi 3 février 2014 : réveil amer au lendemain de la « Manif pour tous ». Moins de 24 h après le défilé des réactionnaires en rose et bleu, le gouvernement a choisi son camp en enterrant la Procréation Médicalement Assistée (PMA) pour toutes.
Quel courage ! Quelle ténacité ! Le gouvernement préfère donc sacrifier l’intégralité de son projet de loi « Famille » plutôt que d’ouvrir la PMA à toutes les femmes. Ces reculs successifs masqueraient-ils le vrai visage sexiste et homophobe du gouvernement ?
Par ailleurs, en affirmant qu’il « s’opposerait à tout amendement ouvrant la PMA », le gouvernement trahit les lesbiennes, mais remet également en question la souveraineté du Parlement. Nous appelons donc les parlementaires, qui ont renoncé il y a un an à leur amendement sur la PMA, à avoir cette fois le courage de leurs opinions.
Il est temps de rappeler au gouvernement ses promesses. À quelques mois des municipales, faut-il voir dans cette main tendue aux conservatismes une simple stratégie électoraliste ? C’est dans ce cas un bien mauvais calcul ! Si le gouvernement pense trouver l’apaisement et les faveurs d’un électorat, il se trompe lourdement. Sur la PMA comme sur de nombreuses autres questions, il déçoit toutes ses électrices et tous ses électeurs, les lesbiennes et les autres, qui attendent de lui de la rectitude, du courage et le changement. L’apaisement ? Il ne l’aura pas non plus, car nous ne supportons plus d’être traitées comme des citoyennes de seconde zone.
Nous voulons êtres respecté-e-s, nous voulons être entendu-e-s, nous lesbiennes, bies, trans, nous défendrons nos familles jusqu’au bout : nous non plus, nous ne lâcherons rien !
Afin de montrer que nous ne renoncerons jamais à nos droits fondamentaux, nous appelons celles et ceux qui, contrairement au gouvernement, ne cèdent pas aux idées réactionnaires, à se rassembler largement dans les semaines à venir et à nous rejoindre lors d’une première réunion unitaire le 13 février à Paris (lieu à définir).